Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Tester de nouveaux traitements pour lutter contre l'anémie

Des essais cliniques pour une protéine thérapeutique pourraient un jour promettre un meilleur traitement des patients atteints d'anémie inflammatoire.
Tester de nouveaux traitements pour lutter contre l'anémie
Ces essais, qui permettent d'évaluer l'innocuité et la tolérabilité d'une protéine chez des volontaires sains, ont démarré en décembre 2014 dans le cadre du projet EUROCALIN, financé par l'UE. L'équipe responsable des essais espère développer un médicament, PRS-080, qui permettrait de traiter les patients qui ne réagissent pas aux autres options thérapeutiques pour l'anémie.

Le nouveau traitement fonctionne en mobilisant le fer stocké dans les cellules de stockage de fer. Il existe plusieurs différents types d'anémie et différentes raisons, mais l'anémie résultant d'une carence en fer est la forme la plus fréquente. Les données de la phase initiale des essais cliniques sont attendues avant la fin de l'année, période à laquelle le projet EUROCALIN devrait se clôturer.

Si PRS-080 passe les tests, les patients souffrant l'anémie inflammatoire (AI) devraient fortement en bénéficier. Cette condition est marquée par une carence en globules rouges ou en hémoglobine dans le sang, provoquant une certaine pâleur et une fatigue constante. Dans certaines conditions, comme l'infection chronique, l'activation immunitaire chronique ou maligne, le taux de fer, qui transporte l'oxygène dans les globules rouges, diminue dans l'organisme.

Cette situation est grave. L'anémie chez les patients souffrant d'insuffisance rénale chronique (IRC) par exemple, est souvent traitée par l'administration d'agents stimulant l'érythropoïèse (ASE). Néanmoins, près de 10 % des patients ne réagissent pas ou pas suffisamment aux ASE, ce qui compromet toute option thérapeutique. Il s'agit donc d'un problème de santé qui nécessite d'être résolu.

Le projet EUROCALIN, démarré en août 2011, a rassemblé dix entreprises et institutions universitaires d'Europe afin de développer le nouveau traitement protéique aux patients atteints d'IRC pour les premières étapes de l'évaluation clinique. Le traitement se concentre sur un petit peptide du sang humain qui joue un rôle dans la régulation négative de la stabilité du fer. En inhibant ce peptide, appelé hepcidine, PRS-080 a le potentiel de renforcer la disponibilité du fer dans la circulation sanguine et ainsi renforcer les taux d'hémoglobine chez les patients souffrant d'anémie.

Les essais ont été menés dans une étude contrôlée contre placebo en aveugle utilisant 48 sujets sains. PRS-080 a été administré à près de 36 volontaires alors que les 12 autres recevaient le placebo. En plus de contribuer à la commercialisation du médicament, les partenaires du projet EUROCALINE espèrent que les essais permettraient de simplifier le processus pour le développement de thérapies protéiques similaires.

Enfin, l'équipe du projet est confiante que les essais cliniques entraîneront des traitements sûrs et efficaces pour réduire l'anémie et améliorer la réponse des patients atteints d'IRC et contribueront ultérieurement au développement d'interventions thérapeutiques similaires pour d'autres maladies. Après la conclusion de l'essai et la publication des résultats, l'équipe du projet espère commencer une étude sur les patients souffrant de néphropathie dans plusieurs sites en Europe.

Pour plus d'informations, veuillez consulter:

EUROCALIN
http://www.eurocalin-fp7.eu/

Source: D'après un communiqué de presse du projet EUROCALIN.

Informations connexes