Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Bientôt un vaccin universel contre la grippe?

Une équipe de chercheurs américains a découvert un cocktail de particules virales capables de déclencher une réaction à des souches du virus de la grippe absentes du mélange, ce qui pourrait conduire à un vaccin universel.
Bientôt un vaccin universel contre la grippe?
Chaque année, la grippe saisonnière touche près de 10 % des citoyens européens, entraînant des centaines de milliers d'hospitalisation. Certes, il existe des vaccins, mais le virus est extrêmement variable d'une année à l'autre, ce qui oblige à vacciner chaque année les groupes sensibles comme les enfants et les personnes âgées.

En outre, ces vaccins sont basés sur les prévisions de l'évolution des souches de virus, et ils ne correspondent pas toujours aux virus rencontrés. C'est pourquoi les chercheurs s'efforcent depuis des années de concevoir un vaccin universel, couvrant toutes les variations du virus. Récemment, en 2015, la souche a changé au dernier moment, rendant le vaccin moins efficace qu'espéré.

Grâce à une nouvelle étude conduite sur des souris, les chercheurs du National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID) des États-Unis ont fait un pas de plus vers ce vaccin universel. Ils ont présenté au système immunitaire des souris un cocktail de protéines du virus, et constaté qu'il pouvait induire la résistance à des souches du virus auxquelles les animaux n'avaient jamais été exposés.

«Depuis au moins une décennie, la recherche médicale poursuit un rêve, celui de concevoir un vaccin universel contre la grippe, capable de protéger contre de nombreuses souches du virus, actuelles ou futures, d'origine humaine ou non», déclare Jeff Taubenberger, pathologiste et spécialiste des maladies infectieuses au NIAID, qui a participé à l'étude. «Nous avons conçu une stratégie qui évite de chercher à correspondre à l'antigène du virus.»

Pour arriver à ce résultat, l'équipe a utilisé un vaccin basé sur un cocktail de particules de type viral, exprimant 4 des 16 protéines H les plus courantes (H1, H3, H5 et H7). Depuis 1918, H1 et H3 ont été les principales souches responsables des épidémies de grippe saisonnière humaine, alors que H5 et H7 ont causé des épidémies de grippe chez les oiseaux, potentiellement pandémiques.

«Nous avons obtenu un résultat réellement inattendu et remarquable», souligne M. Taubenberger. «Quasiment tous les animaux traités avec le nouveau vaccin ont survécu, même des souris infectées par le virus de la grippe de 1918 et par des virus aviaires H5N1 ou H7N9. Mieux encore, elles ont survécu à l'exposition à des virus exprimant des sous-types d'hémagglutinines totalement absents du vaccin, à savoir les protéines H2, H6, H10 et H11. Nous présentons aux souris des virus dont les protéines de surface sont totalement différentes et absentes du vaccin, théoriquement elles ne devraient donc pas être immunisées.»

Environ 95 % des souris qui ont reçu le mélange de protéines se sont avérées être protégées contre les 8 souches de grippe testées. Une telle protection va bien au-delà de ce qu'attendait l'équipe, au point qu'elle ne sait pas encore comment cela fonctionne. Contrairement aux autres vaccins, il semble que la réponse par anticorps n'est pas la raison principale de la protection: selon M. Taubenberger, les lymphocytes T pourraient aussi avoir un rôle.

Les chercheurs étudient maintenant comment fonctionne le vaccin, et ils ont déjà constaté qu'il est efficace pendant au moins 6 mois. Ils l'ont aussi testé chez des furets, les animaux les plus souvent utilisés pour reproduire la façon dont les hommes contractent la grippe et y résistent. Si les résultats sont prometteurs, M. Taubenberger déclare que les tests de sécurité chez l'homme pourraient commencer l'an prochain, et l'année suivante pour les tests cliniques d'efficacité du nouveau vaccin.

Pour plus d'informations, veuillez consulter:
http://mbio.asm.org/content/6/4/e01044-15

Source: D'après une étude publiée dans mBio, le journal en accès libre de l'American Society for Microbiology.

Informations connexes

Thèmes

Biotechnologie