Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Les exigences des exportateurs entravent un accord sur le protocole relatif à la sécurité biologique

Malgré tous leurs efforts, l'Union européenne et les pays en développement n'ont pas réussi la semaine dernière à parvenir à un accord final sur un protocole relatif à la sécurité biologique avec les principaux pays producteurs de produits agricoles développés au moyen de tech...
Malgré tous leurs efforts, l'Union européenne et les pays en développement n'ont pas réussi la semaine dernière à parvenir à un accord final sur un protocole relatif à la sécurité biologique avec les principaux pays producteurs de produits agricoles développés au moyen de techniques issues de la biotechnologie.

En dépit de l'appui accordé par la majorité des participants à la conférence, tenue le 23 février 1999 à Cartagena, en Colombie, les principaux pays producteurs n'ont pas pu soutenir le consensus sur une proposition de compromis pour un protocole réalisable relatif à la sécurité biologique qui avait été élaborée par l'Union européenne. Les pays producteurs s'inquiètent en effet de l'impact d'un tel protocole sur les exportations de produits agricoles contenant des organismes vivants modifiés ainsi que des relations entre le protocole et l'Organisation mondiale du commerce.

Les pays en développement ont fait preuve de souplesse dans leurs exigences au cours de la réunion afin d'encourager une issue positive. Ils ont également souligné l'importance d'un tel protocole pour la protection de la biodiversité régionale. Toutefois, ils ont finalement décidé de poursuivre les discussions, plutôt que de marquer leur accord sur un protocole affaibli.

Afin de permettre une consultation plus approfondie en vue de régler les questions non encore résolues, la conférence des parties a décidé de suspendre sa réunion pour une période maximale de 18 mois.

La Commission européenne a déclaré qu'elle maintient son engagement en faveur d'un protocole relatif à la sécurité biologique en ce qui concerne le déplacement transfrontière d'organismes vivants modifiés en vertu de la Convention sur la diversité biologique.

Informations connexes