Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Intensification des travaux consacrés à la recherche d'un vaccin contre le VIH

Le contenu exact des activités de recherche sur un vaccin contre le VIH qui seront menées par l'Union européenne pendant les quatre à cinq années à venir sera déterminé au cours des mois prochains, selon le numéro de février 1999 du bulletin d'information du programme de l'UE ...
Le contenu exact des activités de recherche sur un vaccin contre le VIH qui seront menées par l'Union européenne pendant les quatre à cinq années à venir sera déterminé au cours des mois prochains, selon le numéro de février 1999 du bulletin d'information du programme de l'UE concernant le VIH/SIDA dans les pays en développement.

En décembre dernier, le Conseil "Recherche" de l'Union européenne a adopté le Cinquième programme-cadre de recherche, de développement technologique et de démonstration (RDT) qui couvre la période 1998-2002 et est doté d'un budget d'environ 15 milliards d'euros. De ce montant, quelque 2,4 milliards d'euros seront affectés aux sciences du vivant.

Ces fonds seront répartis entre plusieurs "actions clés", dont une porte sur la maîtrise des maladies infectieuses, avec une enveloppe de quelque 300 millions d'euros.

"La part de ce montant qui sera consacrée aux travaux portant sur un vaccin contre le VIH n'a pas encore été fixée et pourrait varier d'une année à l'autre en réponse aux besoins", précise le bulletin. "Mais il est probable que cette somme représentera une augmentation substantielle par rapport aux dépenses communautaires précédentes dans ce domaine. Le SIDA est considéré comme une priorité."

Le premier appel à propositions doit être lancé ce mois-ci et il pourrait y avoir une séquence d'échéances pour les demandes de financement relatives à différentes activités, les travaux portant sur la mise au point de vaccins (y compris un vaccin contre le VIH) étant parmi ceux pour lesquels les échéances seront les plus proches.

Le bulletin d'information souligne que plusieurs autres grands pas ont été faits récemment dans le domaine de la mise au point d'un vaccin:

- Le programme de l'UE concernant le VIH/SIDA dans les pays en développement, en collaboration avec ses nombreux partenaires, examine les aspects financiers et économiques et organise plusieurs forums pour préparer une réponse de grande envergure.
- L'Initiative internationale pour un vaccin contre le sida (IAVI) a annoncé deux nouveaux projets consacrés à la mise au point d'un vaccin contre le VIH, lesquels bénéficient d'une dotation financière de plus de 9 millions de US$ et reposent sur des partenariats entre des institutions du monde occidental et du tiers-monde. Le premier projet réunit les universités d'Oxford, au Royaume-Uni, et de Nairobi, au Kenya, sur un vaccin provenant des souches de VIH communes au Kenya. Le deuxième projet associe la société américaine Alphavax et l'université du Cap, en Afrique du Sud, sur des travaux portant sur des souches découvertes en Afrique du Sud.
- La Banque mondiale a mis en place une Task Force interne spéciale qui examine les mécanismes financiers susceptibles d'être utilisés pour promouvoir la mise au point d'un vaccin contre le VIH. Elle doit présenter son rapport d'ici le milieu de l'année et l'UE est associée à ce travail.
- Un essai de phase III d'un candidat vaccin est en cours aux Etats-Unis et un autre doit avoir lieu en Thaïlande. L'Ouganda se prépare depuis un certain temps pour la réalisation de l'essai d'un vaccin.
- Le NIH (Institut national de la santé) aux Etats-Unis a accru les fonds alloués aux travaux sur un vaccin contre le VIH en 1999, encore que ce montant ne représente toujours qu'un petit pourcentage de son budget global consacré au SIDA et est destiné principalement à la recherche fondamentale, par opposition à la mise au point de produits.
- Le gouvernement indien a manifesté son intérêt pour la mise au point d'un vaccin "indigène" contre le VIH.
- Les gouvernements de plusieurs autres pays ont, dans une mesure plus ou moins grande, décidé de procéder à des essais de vaccin - par exemple le Brésil, Cuba et la Chine.
- Le gouvernement du Royaume-Uni est devenu le premier gouvernement européen à affecter spécifiquement des fonds à la mise au point d'un vaccin, par l'intermédiaire de l'initiative IAVI, tandis que le gouvernement français accorde un financement très important à la recherche vaccinale, par l'intermédiaire, par exemple, de la filiale Pasteur Merieux Connaught de la société française Rhône-Poulenc.

L'article principal en couverture contient également les sections suivantes:

- un point de vue de la Commission européenne en ce qui concerne la responsabilité des donateurs, sur la base d'une communication présentée par le Dr Lieve Fransen de l'unité Développement social, humain et culturel et questions de genre de la DG VIII
- le peu d'empressement manifesté par les sociétés pharmaceutiques en ce qui concerne la mise au point d'un vaccin contre le VIH
- le coût des essais d'efficacité
- le point de vue de l'IAVI
- les possibilités offertes par les prêts d'urgence et les garanties d'avance
- les droits de propriété intellectuelle
- les raisons de l'échec de la recherche d'un vaccin au cours des 14 dernières années
- le point de vue de l'ONUSIDA
- certaines questions éthiques.

Informations connexes

Programmes