Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Importance de l'âge dans le dépistage du cancer

La tranche d'âge est rarement prise en considération de manière explicite dans les programmes de dépistage et elle est sélectionnée de manière quelque peu arbitraire, et pourtant elle joue un rôle critique dans leur succès et leur rentabilité, selon le compte rendu de travaux ...
La tranche d'âge est rarement prise en considération de manière explicite dans les programmes de dépistage et elle est sélectionnée de manière quelque peu arbitraire, et pourtant elle joue un rôle critique dans leur succès et leur rentabilité, selon le compte rendu de travaux de recherche publiés dans le Journal of Medical Screening.

Ces travaux couvraient la mise au point d'une solution simple sur laquelle baser la politique de dépistage future.

Les chercheurs ont évalué le nombre d'années de vie cumulatives perdues pour différents cancers à des âges différents. Ils ont utilisé des statistiques nationales sur les causes de décès pour déterminer les âges auxquels se produisent les pertes les plus importantes, et pour identifier les tranches d'âge devant bénéficier en priorité d'un dépistage. Les résultats ont indiqué que le dépistage atteindrait son efficacité maximum à sauver des vies, s'il avait lieu environ cinq ans avant que ce pic critique ne soit atteint.

Pour le cancer du sein, par exemple, ce pic est actuellement de 55 à 59 (189 années de vie perdues pour 10 000 femmes par an), contre de 50 à 54 pour le cancer du col de l'utérus (47 années de vie perdues).

Les travaux indiquent également qu'étendre le dépistage du cancer du sein jusqu'à l'âge de 74 ans serait plus efficace que le dépistage du cancer du col de l'utérus à tout âge. Ils montrent également qu'il serait utile d'étendre le dépistage du col de l'utérus jusqu'à l'âge de 69 ans, car ce cancer fait plus de victimes chez les femmes de 70 ans que chez les femmes de moins de 30 ans, qui font actuellement l'objet d'un dépistage.

Les auteurs concluent que le dépistage du cancer du sein et du cancer du col de l'utérus présente le plus d'avantages et que celui du cancer de la prostate pourrait être utile si les essais montraient qu'il réduit les risques de décès.

"Un avantage important de la démarche fondée sur les années de vie perdues est qu'elle tient compte du fait que l'espérance de vie baisse quand on vieillit. Son apparente simplicité donne une fausse impression de son importance.