Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

L'Agence européenne s'attaque aux questions de santé et de sécurité

Un rapport présenté par l'Agence européenne pour la santé et la sécurité au travail donne un premier aperçu global sur la manière dont les instruments économiques peuvent améliorer la santé et la sécurité au travail (SST) dans les Etats membres de l'Union européenne.

"Je suis...
Un rapport présenté par l'Agence européenne pour la santé et la sécurité au travail donne un premier aperçu global sur la manière dont les instruments économiques peuvent améliorer la santé et la sécurité au travail (SST) dans les Etats membres de l'Union européenne.

"Je suis persuadé que l'argument en faveur de meilleures normes de santé et de sécurité sur le lieu de travail sera renforcé si les décideurs sont mieux informés des coûts réellement engendrés par l'insuffisance de telles normes et sur la manière dont il est possible de réduire les coûts en question", a déclaré M. Flynn, commissaire européen chargé de l'Emploi et des Affaires sociales.

Les considérations morales, sociales et humaines sont prédominantes dès lors qu'il y a des mesures préventives à adopter, que ce soit au niveau national ou de l'entreprise, selon ce rapport.

L'Agence estime, au vu des résultats de son enquête, que les coûts sociaux des accidents et maladies du travail s'établissent dans une fourchette de 2,6% à 3,8% du PIB des Etats membres.

Le rapport donne en outre des indications sur les instruments utilisés par les Etats membres pour promouvoir de bonnes pratiques de santé et de sécurité au niveau de l'entreprise, et il indique que la quasi-totalité des Etats membres s'en remet actuellement à des incitations financières pour encourager les entreprises. Ils ont également recours à des sanctions financières en guise de mesures d'application, à des incitations dans les régimes d'assurance sociale et, dans certains Etats membres, à la sélection des contractants sur la base de critères de santé et de sécurité.