Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Nouveau test permettant de faire respecter les règles européennes sur l'étiquetage des aliments génétiquement modifiés

Selon le New Scientists, une société britannique a lancé un test permettant de détecter des traces minuscules de soja et de maïs génétiquement modifié (GM) qui permettra de faire respecter les règles rigoureuses de l''Union européenne sur les aliments génétiquement modifiés, m...
Selon le New Scientists, une société britannique a lancé un test permettant de détecter des traces minuscules de soja et de maïs génétiquement modifié (GM) qui permettra de faire respecter les règles rigoureuses de l''Union européenne sur les aliments génétiquement modifiés, même dans les produits ayant subi des transformations importantes.

A partir du mois de septembre dernier, les détaillants de l''UE sont obligés d'étiqueter les produits contenant du soja ou du maïs GM. En Grande-Bretagne, cette règle s'applique également aux menus des restaurants et des cafétérias. Les critiques de cette mesure se sont plaints du fait qu'en l'absence d'un test efficace, ces règles n'avaient aucun sens.

Toutefois, RHM Technology de High Wycombe, une société implantée dans le Buckinghamshire, en Angleterre, a mis au point un test qui détecte les traces d'ingrédients génétiquement modifiés même dans les produits ayant subi des transformations importantes, tels que ceux qui contiennent de l'huile ou des lécithines de soja. RHM a mis au point ce test pour permettre à sa société mère, Rank Hovis McDougall, qui confectionne notamment des gâteaux, des sauces, du pain et de la confiture, de surveiller le contenu en aliments GM de ses propres produits. La société pourra également vérifier si ses rivaux omettent d'étiqueter ceux de leurs produits qui contiennent des ingrédients GM.

"Nous avons même trouvé des produits contaminés dans les magasins de produits diététiques," a affirmé le directeur général de RHM, Bob Marsh.

Ce test est aussi le premier à mesurer exactement quel pourcentage d'un ingrédient est génétiquement modifié, a déclaré M. Marsh. Cela pourrait être utile pour les organismes de contrôle des aliments. En effet, l'Union européenne doit introduire des règles qui permettraient aux produits contenant moins de, par exemple, 2 % de soja et de maïs GM, de porter une étiquette les déclarant sans ingrédients GM. Cela empêcherait que des sociétés ne soient pénalisées pour des contaminations accidentelles.

"Le test a détecté avec exactitude quelle était la proportion farine de soja GM introduite délibérément dans une miche de pain," a déclaré Gordon Wiseman, directeur de l'équipe qui l'a mis au point. Le soja représentait 0,67% du poids de la miche, et seulement 2% de cette proportion avait été génétiquement modifiée.

Comme les autres tests d'aliments GM, le test de RHM détecte les séquences de d'ADN appartenant exclusivement à l'ingrédient transgénique. Celles-ci comprennent le promoteur du virus de la mosaïque du chou-fleur, l'agent d'activation des gènes ajoutés.

Pour créer les millions de copies nécessaires pour la détection et l'analyse, les fragments d'ADN d'un échantillon doivent être multipliés au moyen de l'amplification en chaîne par polymérase (PCR). Mais la transformation des aliments conduit à la détérioration de l'ADN. L'autre problème est que les substances des aliments transformés tels que le sel, le calcium et les polysaccharides, empêchent la PCR de se produire.

Pour surmonter ce problème, l'équipe de M. Wiseman a fait en sorte que le test puisse reconnaître des fragments beaucoup plus petits des mêmes gènes, lesquels résistent à la transformation. Les substances qui bloquent la PCR sont éliminées en purifiant l'ADN à l'aide d'une résine spéciale produite par Promega, une société de Madison, au Wisconsin.

Pour établir quel pourcentage d'un ingrédient est transgénique, le test mesure le contenu de deux gènes de chaque échantillon. L'un d'entre eux se retrouve seulement dans l'ingrédient génétiquement modifié et l'autre est présent dans l'ingrédient transgénique et dans l'ingrédient naturel. Dans les tests de soja GM, il compare la quantité de promoteur du virus de la mosaïque du chou-fleur avec la quantité de gène de la lécithine de soja naturelle.

Le test repose sur l'utilisation de sondes fluorescentes spéciales qui servent à surveiller l'accumulation des répliques de ces gènes à chaque cycle successif de la PCR. Il permet de calculer le pourcentage de soja ou de maïs génétiquement modifié en comparant l'intensité du brillant de ces sondes pour les séquences naturelles et transgéniques.