Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

INDOEX: la pollution atmosphérique a un impact sur le climat

Les polluants atmosphériques ont un impact très sensible sur le climat, selon les résultats préliminaires d'INDOEX (Indian Ocean Experiment), campagne de mesures ayant pour but d'étudier les effets de la pollution atmosphérique sur les processus climatiques au-dessus de l'océa...
Les polluants atmosphériques ont un impact très sensible sur le climat, selon les résultats préliminaires d'INDOEX (Indian Ocean Experiment), campagne de mesures ayant pour but d'étudier les effets de la pollution atmosphérique sur les processus climatiques au-dessus de l'océan Indien équatorial.

Le Royaume-Uni, la France, l'Allemagne, l'Inde, les Pays-Bas, la Suède et les Etats-Unis participent à la campagne INDOEX qui est menée par un groupe international de plus de 150 scientifiques.

Le soutien d'EUMETSAT, l'organisation européenne pour l'exploitation de satellites météorologiques, a pris la forme de METEOSAT-5, un satellite de réserve qui a été transféré à une nouvelle position, à 67° Est. Ce déplacement a commencé en janvier 1998 et a pris 130 jours environ. Après quelques essais de mission menés en juin dernier, la mission de routine INDOEX a commencé en juillet.

L'Asie et le sous-continent indien, qui ont ensemble une population de plus de 2 milliards de personnes, dégagent de grandes quantités de polluants qui peuvent être transportées jusqu'à l'océan Indien par la mousson du nord-est durant l'hiver de l'hémisphère nord. La campagne INDOEX est destinée à étudier le transport atmosphérique de ces polluants ainsi que leur influence sur la composition de l'atmosphère et les processus de rayonnement solaire au-dessus de l'océan. Un objectif majeur consiste à évaluer les effets des particules atmosphériques d'origine anthropique sur le climat.

Les résultats préliminaires montrent que les polluants atmosphériques ont un impact très sensible sur cette région. Les scientifiques ont constaté avec surprise qu'une épaisse brume de pollution brunâtre s'étendait de la surface de l'océan jusqu'à une altitude comprise entre 1 et 3 km. Cette brume a couvert presque sans interruption une grande partie de la zone étudiée durant la phase intensive de mesures qui a duré six semaines. La zone touchée comprend la majeure partie du nord de l'océan Indien, y compris la mer d'Oman, une grande partie du Golfe du Bengale et l'océan Indien équatorial jusqu'à environ 5 degrés au sud de l'équateur. Cette brume est provoquée par des concentrations élevées de particules, dites aérosols, ayant pour la plupart un diamètre inférieur à quelques micromètres. Ces particules sont principalement composées de suie, de sulfates, de nitrates, de matières organiques, de cendres volantes et de poussières minérales.

En raison de cette pollution, la visibilité au large au-dessus de l'océan était souvent inférieure à 10 km, soit la même que celle qui est enregistrée à proximité des régions sources de pollution des Etats-Unis et de l'Europe.

La brume contient également des concentrations relativement élevées de gaz, y compris du monoxyde de carbone, divers composés organiques et du dioxyde de soufre. Les concentrations de ces gaz prouvent de façon concluante que la brume est causée par la pollution. Les particules dont celle-ci se compose diffusent le rayonnement solaire, ce qui réduit la quantité de lumière parvenant à la surface de l'océan et, partant, l'apport d'énergie solaire pour chauffer le système Terre-atmosphère. Dans la région polluée couverte par INDOEX, les particules réduisent le rayonnement solaire absorbé par la surface de l'océan dans des proportions allant jusqu'à 10 %.

Les particules atmosphériques au-dessus du nord de l'océan indien sont généralement brunâtres parce qu'elles contiennent de grandes quantités de suie et d'autres matières provenant de la combustion incomplète de combustibles et de déchets. Les aérosols brunâtres provoquent une absorption accrue du rayonnement solaire, phénomène qui peut affecter les propriétés dynamiques de l'atmosphère d'une manière susceptible de perturber le temps et le climat.

Les aérosols polluants peuvent affecter la visibilité et la formation des nuages parce que la vapeur d'eau se condense sur les particules. Au-dessus de mer d'Oman et peut-être dans d'autres régions du nord de l'océan Indien, les nuages bas sont typiquement enfouis dans la brume de sorte qu'ils sont souvent obscurcis.

Les scientifiques cherchent à estimer dans quelle mesure la couche de brume modifie les propriétés des nuages, telles que les concentrations de gouttelettes, leur teneur en eau précipitable et leur luminosité.

Les changements dans la luminosité des nuages sont des processus climatiques importants parce qu'ils peuvent modifier la quantité de rayonnement réémis vers l'espace.

Les scientifiques participant à la campagne INDOEX ont été surpris de trouver une couche de brume de pollution aussi dense provenant de sources situées à une distance d'au moins 1 000 km. Ils suggèrent que les épisodes de pollution observés dans le cadre d'INDOEX pourraient être symptomatiques du transport de polluants à grande échelle susceptible de se produire dans d'autres régions de la Terre. Par opposition à la situation au-dessus du nord de l'océan Indien, la basse atmosphère au-dessus du sud de cet océan demeure remarquablement pure, grâce à la zone de convergence intertropicale, qui se trouve à environ 5-10 degrés au sud de l'équateur à cette époque de l'année. Une zone étroite d'orages violents se formant au-dessus de la partie la plus chaude de l'océan équatorial, la zone de convergence intertropicale intercepte des masses d'air pollué et enlève une grande partie des polluants présents dans les précipitations. Cependant, les nuages de la zone de convergence intertropicale peuvent également transporter de grandes quantités de polluants dans la haute atmosphère, où ils peuvent s'étendre sur de vastes aires.

INDOEX est le premier grand programme international consacré à l'étude du transport et des effets des polluants entre leur source et leur élimination au-dessus de cette région océanique reculée. Il fournira une profusion de données importantes à des fins de modélisation du climat planétaire pour évaluer l'impact sur le climat. Ces mesures atmosphériques au-dessus de l'océan Indien sont également importantes parce qu'elles caractérisent les émissions provenant des pays à économie émergente de cette région. Nous pouvons nous attendre à une augmentation des émissions de polluants au-dessus de l'océan Indien et dans d'autres régions du globe par suite de l'accroissement du nombre de ces pays.

Le site Web d'INDOEX est accessible au:

URL: http://borneo.ucsd.edu