Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

La transmission de l'ESB par la mère demeure un mystère

L'ESB est-elle transmise directement avant ou après la mise bas par divers mécanismes? Selon le Comité scientifique directeur (CSD) de la Commission européenne, direction générale XXIV - Politique des consommateurs et protection de leur santé, le mode de transmission de l'ESB ...
L'ESB est-elle transmise directement avant ou après la mise bas par divers mécanismes? Selon le Comité scientifique directeur (CSD) de la Commission européenne, direction générale XXIV - Politique des consommateurs et protection de leur santé, le mode de transmission de l'ESB est incertain et doit faire l'objet de nouvelles études.
Le CSD vient de publier sa réponse à la question suivante: "Quelle est, selon les données actuelles, la nature et l'étendue des risques de transmission verticale (y compris via le sperme, les embryons ou d'autres moyens de transmission par la mère) de l'agent de l'ESB entre le bétail ou entre les petits ruminants d'une même espèce?"
Sur la base des données actuellement disponibles, le CSD a conclu que:
- les résultats des études épidémiologiques réalisées jusqu'ici indiquent tous une augmentation du risque de transmission par la mère d'approximativement 10 pour-cent dans les 12 mois qui suivent l'apparition des symptômes de l'ESB. Si plus de 12 mois s'écoulent entre l'apparition des symptômes et la mise bas, le taux de transmission par la mère est réduit. On ne sait pas avec certitude si l'infection est transmise directement avant ou après la mise bas par divers mécanismes (par exemple transmission de la maladie au veau par des matières contaminées, un environnement contaminé par du sang, des excréments, de la nourriture infectée, etc.), de nouvelles études doivent être réalisées;
- il n'existe aucune donnée scientifique soutenant l'hypothèse selon laquelle les veaux malades sont génétiquement plus sensibles à l'infection;
- sur la base des données limitées disponibles, il apparaît qu'il n'y a aucune augmentation des risques de développement de l'ESB pour les progénitures dont les pères ont contracté l'ESB. Il est donc peu probable que le sperme constitue un facteur de risque dans la transmission de l'ESB;
- les résultats préliminaires d'une étude non achevée relative au transfert d'embryons suggèrent un risque de transmission extrêmement bas (95%, limites de confiance: 0-1,5%). Ces résultats confirment que la transmission par la mère se fait plus tard durant la période de gestation, soit au moment de la mise bas, soit après;
- la transmission de l'ESB par insémination artificielle est peu probable pour le sperme de taureaux infectés qui en sont au début de la période d'incubation;
- la transmission de l'ESB via les embryons est peu probable si les protocoles de l'International Embryo Transfer Society (IETS) sont respectés.
Le groupe de travail du CSD a rédigé un document intitulé "Rapport sur la transmission verticale possible de l'encéphalopathie spongiforme bovine" qui suggère avec insistance que la recherche soit lancée ou renforcée dans les domaines où elle accuse un "manque de connaissances" et qu'une attention particulière soit accordée:
- au contrôle du risque de transmission par le sperme, les embryons, le colostrum (les premières sécrétions de lait après la mise bas) et par le lait des animaux d'âges différents, indépendamment de l'espèce et via la transmission intra-cérébrale;
- aux analyses épidémiologiques des données disponibles relatives au sperme et aux embryons commercialisés.

Informations connexes