Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

La technologie de pointe permettra d'aider les non-voyants

Les chercheurs du Centre de gestion de l'université de Bradford, Royaume Uni, ont collaboré avec d'autres institutions importantes d'Europe et de Grande-Bretagne dans le but de permettre aux non-voyants et aux mal-voyants d'accéder au monde de l'information.
En effet, la techn...
Les chercheurs du Centre de gestion de l'université de Bradford, Royaume Uni, ont collaboré avec d'autres institutions importantes d'Europe et de Grande-Bretagne dans le but de permettre aux non-voyants et aux mal-voyants d'accéder au monde de l'information.
En effet, la technologie sophistiquée du commerce électronique sera utilisée pour mettre en place un service d'envoi de documents sécurisé, préservant les droits et les obligations des auteurs et des éditeurs, tout en répondant aux besoins des personnes souffrant de troubles de la vue désireuses d'avoir un meilleur accès à l'information.
Les personnes qui ne sont pas affectées de troubles de la vue, trouvent tout à fait normal d'avoir accès à l'information sur support imprimé. Mais il faut savoir que moins d'un pour-cent de tous les ouvrages publiés est converti dans des formats, comme le Braille et les grands caractères, auxquels les non voyants et les mal voyants peuvent véritablement accéder" a affirmé Tom Wesley, de l'Université de Bradford.
Tom Wesley est coordinateur du projet SEDODEL (Secure Document Delivery for blind and Partially-Sighted People - envoi de documents sécurisé aux non-voyants et aux mal-voyants), financé dans le cadre du programme de télématique de la Commission européenne.
"Les progrès de la technologie de l'information peuvent apporter des solutions absolument révolutionnaires, en ce sens que les informations électroniques peuvent être facilement présentées dans des formats accessibles, surtout si l'on fait intervenir un système de parole synthétisée sur ordinateur. Certaines estimations suggèrent que le volume d'informations accessibles aux non-voyants sur le World Wide Web est d'ores et déjà dix fois supérieur à tout ce qui avait été converti en Braille jusqu'à maintenant", a affirmé M Wesley.
Le consortium participant au projet SEDODEL regroupe également l'Institut national royal des aveugles, le Bureau des droits d'auteur de la "British Library", l'"Open University", EURITIS (entreprise française de technologies de pointe qui a conçu un système évolué de gestion électronique des droits), INSERM (organisme de recherche français chargé des non-voyants) et l'université catholique de Louvain, en Belgique.

Informations connexes

Programmes