Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Le Parlement s'attaque à la fraude dans le cadre du programme LEONARDO

Suite à un vote, le Parlement européen a accepté la position commune concernant la deuxième phase (2000-2004) du programme de formation professionnelle LEONARDO de l'Union européenne avec certains amendements visant à assurer une formation de qualité et à renforcer les contrôl...
Suite à un vote, le Parlement européen a accepté la position commune concernant la deuxième phase (2000-2004) du programme de formation professionnelle LEONARDO de l'Union européenne avec certains amendements visant à assurer une formation de qualité et à renforcer les contrôles des programmes, en particulier pour empêcher la fraude.
Durant le débat, Susan Waddington a rappelé aux députés européens que le programme LEONARDO avait été désigné pour subir un examen détaillé par le Comité d'enquête indépendant qui y a découvert des signes de "mauvaise gestion, fraude, mystère et népotisme". "La Commission nous a fait faux bond," a-t-elle affirmé. Les bénéficiaires n'ont pas reçu l'aide qui leur était due en raison d'une mauvaise gestion par le contractant. Le Comité de l'éducation a proposé certains amendements dont le but est d'éviter que cette situation ne se reproduise et de confier en fait la gestion aux services de la Commission.
Le programme LEONARDO est essentiel en tant que " laboratoire pour l'innovation". Il a apporté de réels avantages aux citoyens en permettant de s'inspirer des meilleures pratiques et a offert une certaine mobilité dans le domaine de la formation professionnelle. Il est important de mettre l'accent sur d'autres éléments afin de s'assurer que les groupes défavorisés et les handicapés puissent en bénéficier à l'avenir, selon Mme Waddington.
Répondant au nom de la Commission européenne, Erkki Liikanen a déclaré qu'il pourrait accepter 30 des 33 amendements proposés. Il ne peut accepter l'amendement exigeant la mise en place d'un dialogue permanent avec les organisations non-governementales concernées (ONG) qui représentent les intérêts et les groupes visés par le programme. En outre, il ne peut pas accepter l'amendement visant à effacer la référence aux organismes d'assistance technique (TAO), et à définir les rôles du personnel temporaire recruté pour effectuer les tâches d'exploitation. Il a déclaré qu'il répondrait par écrit à cet amendement, mais qu'il ne pouvait accepter l'abolition par principe des TAO. Il a néanmoins accepté la nécessité d'un règlement gouvernant la gestion correcte des fonds et d'un rôle pour les auditeurs externes autorisés.
La position commune a été adoptée avec certains amendements qui ont pour but d'assurer une formation de qualité et de renforcer les contrôles des programmes. Cependant, l'amendement relatif à la suppression de la référence aux TAO n'a pas été adopté.

Informations connexes