Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Apporter une mine de connaissances pour lutter contre la pauvreté

Le projet NOPOOR a contribué à l'éradication de la pauvreté mondiale en améliorant la compréhension empirique de ses causes, et en proposant solutions.
Apporter une mine de connaissances pour lutter contre la pauvreté
Le principal objectif du Millénaire pour le développement – diviser par deux le taux de pauvreté de 1990 - a été atteint en 2010, avec cinq années d'avance. Malgré ces progrès bienvenus, le taux mondial reste élevé et l'on pense qu'il risque encore de s'aggraver. On s'inquiète notamment du caractère inégal du progrès, la plupart des pauvres manquant d'éducation, vivant dans des zones rurales et travaillant de manière disproportionnée dans le secteur agricole.

La clé du succès du nouvel Objectif de développement durable (ODD) 1 (et sans doute de tous les objectifs) sera une meilleure compréhension de cette inégalité, pour comprendre les modèles de pauvreté et chercher des solutions locales qui pourraient être transférables. Cet effort nécessite d'obtenir des données absolues et comparatives qui autoriseront des prises de décision basées sur des preuves. Le projet NOPOOR financé par l'UE a étudié la dynamique de la pauvreté, en rassemblant et en analysant les informations qui reflètent sa nature pluridimensionnelle afin d'examiner comment et pourquoi les individus deviennent victimes de la pauvreté ou y échappent.

Plus en détail

Le projet NOPOOR se compose d'équipes de recherche provenant de 17 pays, dont dix sont des pays en développement et émergeants de trois régions (Amérique latine, Afrique sub-saharienne et l'Asie du sud). Cette diversité reflète les différents obstacles rencontrés par les personnes cherchant à sortir de la pauvreté, ainsi que différentes expériences en matière de politique visant à réduire la pauvreté.

NOPOOR a mené 18 enquêtes initiales, en analysant des données qualitatives et quantitatives, dont la modélisation de futurs scénarios. Des données ont été collectées auprès de plus de 10 000 personnes au Burkina Faso, en Équateur, en Inde, au Pérou, à Madagascar, au Mali, au Ghana, au Niger, en Afrique du sud et au Viêt-Nam. L'intérêt principal de ces enquêtes réside dans le fait qu'elles appréhendent des dimensions non-monétaires de la pauvreté comme: la ségrégation et la discrimination; la violence; l'absence de droits; la responsabilité des représentants et, les inégalités parmi les membres des foyers. Cette richesse d'informations est plus instructive qu'un unique index global.

Par exemple, les chercheurs de NOPOOR ont publié les résultats de leurs travaux en Inde, présentés dans l'article électronique indien «Livemint». Les chercheurs ont découvert que les revenus réels ont augmenté à tous les percentiles entre 2004-05 et 2011-12, et que cette inégalité avait également diminué au cours de la même période. Or, ils ont également découvert que la mondialisation avait contribué à l'existence de deux Indes, «Celle des responsables et ingénieurs qui ont reçu une éducation et ont pu profiter de ces opportunités (...) et l'autre Inde, constituée d'une énorme masse de personnes ayant reçu une éducation insuffisante et qui vivent de professions à faible productivité dans le secteur informel – le plus important restant celui de l'agriculture». Une des conclusions des chercheurs est qu'en raison de facteurs comme le climat ou la volatilité des prix mondiaux, «les politiques conçues pour stimuler les opportunités d'emploi et la croissance des salaires des travailleurs non qualifiés en-dehors de l'agriculture sont essentielles pour améliorer le bien-être économique de la main-d'œuvre rurale en Inde».

Fournir le fondement des indicateurs des ODD

En se penchant sur les niveaux de pauvreté mondiaux et locaux, le projet suggère que la mondialisation a eu un net effet positif sur l'emploi et les salaires, en s'appuyant sur des facteurs comme le commerce, l'aide, l'investissement étranger direct et la migration. Néanmoins, en examinant la pauvreté au cas par cas, les tendances mondiales n'influencent pas les pays de la même façon. Les travaux mettent en avant certaines politiques qui peuvent s'attaquer aux causes principales de la pauvreté, comme un meilleur accès aux biens publics, la qualité de l'éducation, une meilleure participation et expression des pauvres, la protection des femmes contre les violences domestiques, etc. Or, ils indiquent également qu'il n'existe aucune politique universelle «passe-partout» pour éradiquer la pauvreté, seulement celles qui fonctionnent car elles sont adaptées au contexte local.

NOPOOR souligne à quel point les données sont importantes pour la poursuite des nouveaux ODD et ses recherches correspondent bien avec leurs indicateurs. En effet, le projet a apporté une contribution aux parties prenantes développant l'Objectif 16 sur la gouvernance, la paix et la sécurité, grâce notamment à ses recherches sur la perception de la gouvernance par les populations africaines. NOPOOR défend ainsi l'importance constante des enquêtes statistiques et invite à soutenir les instituts nationaux de statistique. Dans ce but, NOPOOR a collaboré avec les instituts nationaux de statistique et renforcé leurs capacités, notamment au Sénégal, au Mali, à Madagascar, au Viêt-Nam, à Haïti et au Pérou.

Les données du projet, qui ont été systématiquement téléchargées sur le portail d'«entrepôt des données», ont été activement diffusées aux décideurs concernés et mises à disposition du public.

Pour plus d'informations, veuillez consulter:
site web du projet

Source: D'après des rapports de presse et des informations sur le projet

Informations connexes