Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Le recours automatique au savoir acquis peut étouffer la créativité - sortez des sentiers battus!

Une étude qui utilise la stimulation cérébrale électrique démontre que lorsqu'il s'agit de créativité, trop de connaissances peuvent être nuisibles.
Le recours automatique au savoir acquis peut étouffer la créativité - sortez des sentiers battus!
La plus claire partie de nos fonctionnements quotidiens repose sur les expériences que nous avons stockées et classées, et qui nous enseignent comment identifier les modèles. Au fil du temps, nous apprenons à nous approprier des règles grâce auxquelles nous répondons aux scénarios donnés. Ce mécanisme cognitif fonctionne habituellement de façon si fiable et efficace, qu'il est perçu comme quasi automatique. Néanmoins, le système se fonde sur un ensemble de suppositions et sa faiblesse est exposée lorsque nous devons réagir à une situation inhabituelle, qui requiert une approche plus créative pour résoudre le problème.

Comme le soulignent les auteurs d'une étude récemment publiée dans la revue «Scientific Reports», le problème avec les règles apprises est qu'elles, «limitent notre espace de raisonnement à un nombre de possibilités gérables conduisant par la suite à une impasse mentale: nous sommes coincés, dépourvus d'idées et incapables de penser à une nouvelle solution.» Se fondant sur les travaux du projet CREAM financé par l'UE, l'étude a utilisé des techniques de stimulation cérébrale électriques incitant les participants à être plus prêts à «sortir des sentiers battus».

Entraver la dépendance quant aux leçons apprises

Vu le rôle joué par le cortex préfrontal dorsolatéral du cerveau (DLPFC) dans l'identification des indices contextuels puis dans les scénarios sur les règles apprises, les auteurs de l'étude ont supposé que l'inhibition de la région DLPFC pourrait aider à restreindre ces règles.

Afin de moduler la stimulation du DLPFC, les chercheurs ont fait passer un courant électrique sur les cuirs chevelus des participants à travers des électrodes trempées dans une solution saline - une technique appelée stimulation transcrânienne à courant continu (tDCS). Ce qui a déterminé la stimulation ou l'inhibition temporaire du DLPFC était la direction dans laquelle le courant circulait. Afin d'éviter toute blessure ou inconfort, le courant était faible mais régulier.

Des tâches de résolution de problème (problèmes d'arithmétique) assignées aux 60 participants de l'étude ont permis de tester leur capacité avant et après l'une des trois conditions de test assignées de façon aléatoire. Ces conditions étaient là où le DLPFC était: inhibé, activé et sous-stimulé. Au total il y avait quatre types de tâches de résolution de problèmes, différenciés par le degré auquel ils nécessitaient un état de «relaxation contrainte», en d'autres mots, «plus difficiles» du fait qu'ils exigeaient une pensée plus créative.

Sur les trois conditions, les chercheurs ont découvert que les participants dont le DLPFC était temporairement inhibé pouvaient mieux résoudre des problèmes plus difficiles, ce qui soutient la théorie selon laquelle rompre la dépendance envers les leçons apprises accroît la réceptivité à une gamme plus vaste d'approches créatives.

Cependant, l'étude a également déterminé que les participants présentant une inhibition temporaire du DLPFC ont été moins performants dans la résolution de problèmes, ce qui exigeait une charge de mémoire de travail plus élevée (lorsque le cerveau doit stocker et accéder à plusieurs éléments simultanément). Dans ce cas, les participants semblaient avoir été forcés à aborder ces tâches grâce à des essais et des erreurs, car ils avaient perdu l'accès direct à leurs capacités de reconnaissance de modèle et aux règles apprises associées.

Explorer la créativité comme un processus et non un produit

Les chercheurs de CREAM (CReativity Enhancement through Advanced brain Mapping and stimulation) ont précédemment précisé qu'en raison de sa nature à plusieurs facettes, la créativité est presque impossible à définir, qui plus est à mesurer. Par conséquent, l'approche du projet a été de considérer la créativité comme un processus actif, plutôt que comme une destination ou un produit final, où la valeur est accordée par de nombreuses influences étrangères culturelles et sociales.

Le projet CREAM a exploité les progrès des TIC, comme la puissance informatique bon marché, le logiciel haute performance et les systèmes de capteurs, afin de mesurer l'activité fonctionnelle du cerveau et de calculer, en temps réel, les stimuli qui peuvent être appliqués au cerveau afin de l'entraîner et de le modifier.

Pour plus d'informations, veuillez consulter:
site web du projet

Source: D'après des informations communiquées par le projet et des communiqués de presse

Informations connexes