Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Sommes-nous juste à un clic de l'ère des «rapports enrichis»?

Au cœur des débats agitant les médias à propos des «fausses nouvelles» et des «faits alternatifs», le projet INJECT apporte-t-il aux journalistes un moyen de relever le défi consistant à répondre, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, à la demande de contenus originaux, tout en préservant leur véracité?
Sommes-nous juste à un clic de l'ère des «rapports enrichis»?
L'ambition du projet INJECT, financé par l'UE, est de favoriser la créativité des journalistes tout en améliorant le flux de travail dans les salles de rédaction bourdonnantes d'activité. Au cœur du projet, on trouve l'utilisation d'une trousse à outils numérique, actuellement à l'essai. Cette boîte à outils a été développée dès les débuts du projet il y a six mois, avec l'aide de journalistes qui ont fourni les retours nécessaires pour faire évoluer la technologie.

Les essais actuels vont faire franchir une étape supplémentaire car la boîte à outils est maintenant utilisée dans des conditions de travail réelles. La phase pilote se déroule au sein des équipes de trois journaux locaux norvégiens basés à Hordaland, Sunnhordland et Hallingdølen, et il est prévu d'augmenter le nombre et la diversité des journalistes participant à l'essai. L'équipe étudie l'efficacité des algorithmes utilisés par les outils et dans quelle mesure ils apportent une réelle valeur ajoutée au travail des journalistes.

Provoquer l'étincelle créative

INJECT (Innovative Journalism: Enhanced Creativity Tools) a été motivé par les pressions croissantes subies par les salles de rédaction pour produire un contenu actualisé et intéressant 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, avec des ressources réduites et dans un contexte de concurrence accrue. Ces défis s'inscrivent également dans un contexte où la responsabilité concernant l'exactitude des informations prend de plus en plus d'importance.

INJECT a essentiellement été conçu pour être plus qu'un simple moteur de recherche. Il utilise en effet un algorithme développé pour aider les journalistes non seulement à trouver des informations, mais également à explorer des options pour rédiger un article selon différents points de vue. Pour ce faire, l'un des moyens utilisés est ce que le projet appelle des «Étincelles créatives» qui apparaissent lorsqu'un journaliste fait passer sa souris sur des mots-clés. Il s'agit de suggestions d'approches pour l'écriture d'un article, comme celles ressortant d'informations contextuelles sur les individus ou les lieux impliqués dans l'histoire. La boîte à outils proposera également des fiches techniques ou des notes de bas de page explicatives et interactives, qui aideront les journalistes à rédiger leur article à partir de références claires.

Au fil de la plume

INJECT utilise des techniques développées à partir de recherches sur l'interaction homme-ordinateur et l'intelligence artificielle, telles que le traitement automatique du langage naturel (TALN). Les journalistes peuvent ainsi rapidement effectuer de larges recherches sur plusieurs bases de données et obtenir des sources et des données récentes. Conçue pour être directement raccordée à des systèmes de gestion de contenu, la boîte à outils produit des tableaux de bord qui permettent aux utilisateurs de gérer plus efficacement les informations. Lors de l'écriture d'un article, la disposition des écrans de travail évite de basculer en permanence entre les documents ou les onglets du navigateur.

S'exprimant sur l'approche innovante d'INJECT, George Brock, professeur de journalisme à City, University of London, a déclaré: «INJECT vise à faire ce dont aucun autre logiciel de journalisme n'est capable: combiner des techniques de recherche créative et des méthodes pour mieux informer le lecteur sur le contexte et les sources. Et cette aide est rapide et facile à utiliser.»

L'outil, disponible sous la forme de plug-in TinyMCE avec GoogleDocs et Wordpress, peut également fonctionner sous la forme d'une version web autonome. Il est capable d'effectuer des recherches dans 1,5 million de sources de nouvelles en anglais, norvégien et néerlandais. Il est également extensible aux propres archives des agences de presse. Les archives norvégiennes sont d'ailleurs actuellement intégrées, ce qui permet aux journaux locaux participant à l'essai de faire, dans leur propre langue, des recherches dans diverses sources.

On espère que l'outil sera cet automne totalement opérationnel dans les salles de rédaction norvégiennes. Dans l'attente des résultats de la phase pilote en cours, il sera également diffusé plus largement à la même période. L'objectif est de mettre l'outil à la disposition des salles de rédaction de plusieurs pays européens au cours de l'été 2018.

Pour plus d'informations, veuillez consulter :
site web du projet

Source: D'après des informations communiquées par le projet et des communiqués de presse

Informations connexes