Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Des applications intelligentes pour aider les médecins à diagnostiquer la maladie de Parkinson

La recherche avance à pas de géants vers la détection précoce de la maladie de Parkinson grâce à une nouvelle application mobile.
Des applications intelligentes pour aider les médecins à diagnostiquer la maladie de Parkinson
La maladie de Parkinson est due à un dérèglement lent et progressif du système nerveux central et touche entre 7 et 10 millions de personnes dans le monde. En Europe, 1,2 million de personnes, dont la plupart ont plus de 50 ans, vivent avec cette maladie. La maladie de Parkinson se développe graduellement dans le temps, et les premiers signes en sont si subtiles qu’ils passent souvent inaperçus. Bien que nous sachions que certains symptômes sont présents des années avant que la maladie soit diagnostiquée, il n’existe pas de manière spécifique de détecter cette maladie de manière précoce.

En gardant à l’esprit les avantages significatifs d’une détection précoce, des patients, des médecins et des ingénieurs ont joint leurs forces dans le cadre du projet i-PROGNOSIS, financé par l’UE, pour trouver une solution à ce problème. Coordonné par l’Université Aristote de Thessalonique, en Grèce, ce projet qui s’étend sur quatre ans met au point un ensemble de solutions technologiques pour permettre la détection précoce et le traitement de cette maladie.

La méthode adoptée par i-PROGNOSIS repose sur la collecte discrète de données comportementales obtenues à partir de l’interaction naturelle des utilisateurs avec leurs dispositifs intelligents. L’objectif est de réunir des données qui pourraient être liées à des symptômes précoces de la maladie de Parkinson.

Avec ce but en tête, l’équipe a lancé en 2017 l’application mobile iPROGNOSIS (disponible gratuitement sur Google Play Store) en Allemagne, en Grèce, au Portugal et au Royaume-Uni. Selon un communiqué de presse publié sur le site web du projet, depuis son lancement, plus de 740 Européens ont téléchargé l’application sur leur smartphone, ou sur leur montre ou leur bande d’exercice intelligentes.

Les retours d’expérience sont très positifs. Un questionnaire envoyé aux utilisateurs de l’application confirme les conclusions initiales des partenaires du projet selon lesquelles cette application ne modifie en rien à l’utilisation normale du smartphone. Les utilisateurs ont également déclaré avoir besoin de peu d'assistance pour l’installer et l’utiliser. Ils la considèrent comme un outil utile de recherche et de détection précoce de la maladie de Parkinson.

Comment fonctionne l’application?

Une fois que l’utilisateur a donné son accord, l’application collecte un vaste ensemble d’informations: caractéristiques de la voix quand les utilisateurs parlent au téléphone, stabilité de la main lorsqu’ils tiennent le dispositif et données relatives à la frappe lorsqu’ils utilisent le clavier de l’application. D’autres informations relatives à la distance couverte chaque jour, aux expressions faciales sur les photos conservées et au contenu émotionnel des messages textes archivés sont également rassemblées.

La vie privée reste protégée grâce au cryptage des données et au remplacement du nom de l'utilisateur par un identifiant codé. Les utilisateurs n’ont pas besoin de changer quoi que ce soit à leur manière d’utiliser leur smartphone. Ils peuvent continuer à passer et recevoir des appels, à taper des messages et à prendre des photos, comme ils le font habituellement

Les montres et bandes intelligentes intègrent des avantages additionnels. Dans la mesure où elles sont portées sur des périodes longues, à la différence des téléphones que l'on pose généralement quelque part, elles offrent la possibilité de collecter plus de données sur l’activité physique. Les capteurs du rythme cardiaque et de la température de la peau de ces dispositifs peuvent aussi être utilisés pour surveiller la qualité du sommeil, dans la mesure où les troubles du sommeil sont l’un des symptômes précoces de la maladie de Parkinson.

À ce jour, environ 433 625 enregistrements, soit à peu près 90 GB de données, ont été collectés. Ces informations sont utilisées pour développer des algorithmes d’apprentissage machine qui sont capables de détecter des modifications comportementales potentiellement liées à des symptômes de la maladie de Parkinson. Les partenaires du projet ont commencé à évaluer médicalement la première version de ces algorithmes. Lorsque les données collectées indiquent un comportement de type maladie de Parkinson, il est demandé aux utilisateurs de prendre rendez-vous avec un médecin. Ils peuvent alors choisir de passer ou non à la seconde étape du processus de détection.

Quelle est la suite prévue?

i-PROGNOSIS (Intelligent Parkinson eaRly detectiOn Guiding NOvel Supportive InterventionS) axe ses travaux sur la collecte de données additionnelles qui pourraient être liées à des symptômes de la maladie de Parkinson. Les dispositifs intelligents de notre quotidien qui seront utilisés à ce stade du projet sont les balances plates, les ceintures intelligentes et les télécommandes de téléviseur intelligentes afin de réunir des données sur, respectivement, la consommation alimentaire, les bruits intestinaux et le rythme cardiaque. L’objectif final du projet i-PROGNOSIS est de concevoir des interventions destinées à aider les patients atteints de la maladie de Parkinson à maintenir leur qualité de vie, en collaboration avec leurs médecins.

Pour plus d’informations, veuillez consulter:
site web de i-PROGNOSIS

Source: D’après des informations communiquées par le projet et des communiqués de presse

Informations connexes