Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Tendances scientifiques: Une lune de Saturne pourrait-elle héberger une forme de vie?

La découverte de molécules complexes sur une lune de Saturne laisse penser qu’une certaine forme de vie pourrait s’y développer.
Tendances scientifiques: Une lune de Saturne pourrait-elle héberger une forme de vie?
Durant des années, la communauté scientifique a exploré les confins de la galaxie en quête d’exoplanètes présentant des signes de vie extraterrestre. Or, la réponse pourrait se trouver juste ici dans notre propre système solaire.

En 2017, la NASA a apporté de nouvelles preuves selon lesquelles l’un des deux endroits les plus susceptibles d’héberger une forme de vie en dehors de la Terre était Encelade, un satellite de Saturne. En ce qui concerne son éventuelle habitabilité, cette lune qui comporte un océan dispose de presque tous les ingrédients essentiels à la vie telle que nous la connaissons.

Une étude publiée dans la revue «Nature» avance qu’Encelade répond à toutes les exigences de base pour héberger la vie. Une équipe de recherche menée par le Dr Frank Postberg de l’Université de Heidelberg en Allemagne a fondé ses conclusions sur les données collectées par la sonde Cassini de la NASA pendant ses 13 années d’observations.

Ce n’est pas la première fois que Cassini détecte des molécules organiques sur Encelade. Mais, cette fois, leur taille change véritablement la donne. Les molécules précédentes étaient légères, mais ces fragments sont bien plus grands. De si grandes molécules ne peuvent être créées que suite à des processus chimiques complexes, dont ceux liés à la vie. En étudiant Saturne et ses lunes, Cassini a également révélé quelques secrets d’Encelade. La sonde a découvert un immense océan d’eau sous sa croûte de glace.

Des molécules organiques complexes suggèrent l’existence d’un environnement habitable

Les chercheurs ont trouvé des substances riches en carbone formées au cœur d’Encelade. Ces composés seraient le résultat de réactions entre l’eau et la roche chaude à la base de l’océan souterrain de la lune. «Ces immenses molécules sont dotées d’un réseau complexe souvent formé à partir de centaines d’atomes», a déclaré le Dr Postberg, qui est également l’un des auteurs de l’étude, à la «BBC». «C’est la toute première fois que nous détectons ces substances organiques complexes issues d’un monde aquatique extraterrestre.»

Ces types de composés n‘ont jusqu’à présent été trouvés que sur la Terre. Il ne s’agit pas d’un signe de vie, mais leur présence suggère qu’Encelade pourrait héberger des organismes vivants. «Ce sont des précurseurs essentiels à la vie», a-t-il ajouté, «[mais] nous ne pouvons pas encore déterminer si ces substances organiques sont pertinentes ou non du point de vue biologique ou si elles s’apparentent à des signes de chimie prébiotique ou même de vie.»

Encelade: la meilleure candidate pour héberger la vie

«Auparavant, nous ignorions si la chimie organique complexe était à l’œuvre sur Encelade. Aujourd’hui, nous le savons», a expliqué le Dr Postberg au journal britannique «The Independent». «Il s’agit bien évidemment de l’une des plus grandes questions scientifiques: y a-t-il une vie extraterrestre: oui ou non? Et nous avons un endroit pour le vérifier. Nous y disposons d’un environnement habitable et nous avons les moyens de l’explorer pour découvrir si une forme de vie s’y développe ou non.»

En 2017, la mission de Cassini visant à recueillir des données sur Saturne a pris fin lorsqu’elle a plongé et s’est consumée dans l’atmosphère de la planète. Cet événement a subitement mis un terme à la mission conjointe menée par la NASA, l’Agence spatiale européenne et l’Agence spatiale italienne. Et maintenant? «La prochaine étape logique», a conclu le Dr Postberg dans son entretien à la «BBC», «est de retourner rapidement vers Encelade avec une charge utile, afin de découvrir s’il existe une vie extraterrestre».

Source: D’après des communiqués de presse

Informations connexes

Pays

  • États-Unis