Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Tendances scientifiques: Le mystère de l’édification de Stonehenge enfin résolu?

Des scientifiques affirment connaître l’identité de ceux qui ont érigé le monument préhistorique sans doute le plus célèbre au monde.
Tendances scientifiques: Le mystère de l’édification de Stonehenge enfin résolu?
Ce cercle de pierres dressées, monument emblématique de Grande-Bretagne, a monopolisé l’attention à travers les siècles. Des universitaires aux amateurs de New Age, tout le monde a sa théorie. Parmi tous les grands mystères qui entourent Stonehenge, outre la méthode employée et les raisons de son édification, il y a l’identité de ceux qui l’ont dressé et des personnes qui y sont inhumées.

Une étude pionnière publiée dans le journal «Nature Scientific Reports» est une des premières à se pencher sur ceux qui ont érigé Stonehenge. Celle-ci révèle que les architectes et les bâtisseurs pourraient être originaires du pays de Galles, à plus de 160 km du site. Certaines dépouilles exhumées sur le site venaient des collines de Preseli, à l’ouest du pays de Galles.

Les os les plus récents datent d’il y a environ 3000 ans avant J.-C, et le reste s’étend encore sur une période de 500 ans. Un des auteurs principaux de l’étude, John Pouncett, a déclaré à «The Guardian»: «Les dates les plus anciennes coïncident de façon surprenante avec l’arrivée estimée des pierre bleues et, bien qu’on ne puisse pas prouver qu’il s’agit des ossements de ceux qui les ont amenées, il doit au moins y avoir un lien. La fourchette de dates évoque la possibilité que, pendant des siècles, des gens aient pu être amenés avec ces pierres pour être inhumés.»

Certains des monolithes qui composent Stonehenge viennent des collines de Preseli, il est donc possible que ceux qui y sont enterrés aient eux-mêmes transporté ces pierres, ou qu’ils aient été amenés du pays de Galles pour y être inhumés. Les recherches montrent que le type de bois brûlé lors de la crémation de certains ossements n’était pas de la région.

Afin de déterminer l’origine des restes humains, une équipe menée par des scientifiques de l’Université d’Oxford a eu recours à une nouvelle méthode, appelée datation isotopique au strontium, sur les restes incinérés de 25 individus enterrés sur le site. Les résultats ont montré que les humains incinérés à Stonehenge étaient originaires de la même région du pays de Galles que les pierres utilisées pour son édification. Au moins 10 des 25 individus analysés n’ont pas passé l’entièreté de leur vie dans la zone qui entoure Stonehenge, connue sous le nom de Wessex. Un des résultats essentiels a été la découverte du fait que de hautes températures de crémation pouvaient cristalliser un crâne, emprisonnant ainsi le signal chimique de son origine.

Qui étaient les gens inhumés à Stonehenge?

L’étude apporte quelques explications quant à leur identité et à leur origine. Dans un entretien avec la «BBC», le Dr Rick Schulting, co-auteur expérimenté de l’étude, a déclaré: «Il s’agissait sûrement de personnes importantes. Une enterrement à Stonehenge était jadis l’équivalent d’un enterrement à l’abbaye de Westminster de nos jours.» Et d’ajouter: «Les éléments suggèrent que certaines personnes enterrées à Stonehenge ont passé la plus grande partie de leurs 10 dernières années de vie au pays de Galles. Bien que l’on ait tendance à penser que l’immigration est un phénomène récent, ces gens étaient de toute évidence capables de parcourir de longues distances sur des terrains difficiles.»

Stonehenge renferme encore de nombreux secrets mais la science lève peu à peu le voile sur le mystère de ceux qui l’ont érigé.

Source: D’après des communiqués de presse

Informations connexes

Pays

  • États-Unis