Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Tendances scientifiques: Est-ce que vous prenez tous vos congés annuels? Si c’est le cas, il est probable que vous viviez plus longtemps

Prendre quelques semaines de vacances chaque année pourrait augmenter votre espérance de vie. C’est ce que révèle une étude menée sur 40 ans.
Tendances scientifiques: Est-ce que vous prenez tous vos congés annuels? Si c’est le cas, il est probable que vous viviez plus longtemps
Vous n’avez pas posé de vacances d’été? Vous n’avez pas pris assez de congés pendant les fêtes? Vous allez peut-être avoir envie de revoir votre programme pour 2019. Savoir échapper au travail et à toute autre forme d’engagement pourrait être la clé d’une vie plus longue.

Une étude entamée dans les années 1970 et dont l’objectif était de mettre en évidence les bénéfices des vacances a montré que prendre au moins trois semaines de congé par an pourrait augmenter votre espérance de vie. Les chercheurs ont également souligné qu’un régime équilibré et des exercices réguliers ne suffisaient pas à remplacer une véritable pause lorsqu’il s’agit de faire descendre la pression. Ils ont constaté que les patients qui prenaient moins de trois semaines de vacances par an couraient un risque un tiers plus élevé de mourir jeunes par rapport à ceux qui en prennent plus.

Ces conclusions ont été présentées récemment à Munich au cours du congrès de la Société européenne de cardiologie, l’événement mondial le plus important et le plus influent en matière de maladies cardiovasculaires et qui contribue à la diffusion au niveau international des résultats des derniers essais cliniques et des découvertes significatives. Elles seront bientôt publiées dans le «The Journal of Nutrition, Health & Aging».

N’écourtez plus vos vacances, votre santé en dépend

«Si vous connaissez quelqu’un qui ne prend pas de vacances et fait de grosses journées, il ou elle pourrait présenter un risque de maladie cardiovasculaire», déclare le Dr Timo Strandberg, co-auteur de l’étude et professeur en médecine à l’université d’Helsinki, dans «Newsweek». «Des vacances courtes et de longues journées de travail ont des effets nocifs sur la santé, voire sur la mortalité. Cependant, les causes et les effets ne peuvent pas être clairement établis et les essais contrôlés sont difficiles à mettre en place».

Pendant 40 ans, cette équipe de chercheurs a étudié des données sur la santé de 1 222 cadres masculins dans la force de l’âge nés entre 1919 et 1934. Tous les participants de l’étude présentaient au moins un facteur de risque de maladie cardiovasculaire, comme la cigarette, l’obésité, une pression artérielle élevée ou un fort taux de cholestérol.

Ces hommes étaient divisés à parts presque égales entre un groupe de contrôle et un groupe d’intervention. Ceux du groupe d’intervention avaient reçu pour consigne de réaliser une activité physique, de suivre un régime équilibré, de retrouver leur poids de santé et d’arrêter de fumer. Le groupe de contrôle n’avait reçu aucune consigne ou ligne directrice. Les chercheurs ont ensuite collecté des données sur le travail, le sommeil et le temps de vacances des deux groupes.

Au sein du groupe d’intervention, ceux qui avaient pris des vacances plus courtes présentaient un risque de décès plus élevé. Les hommes qui avaient pris trois semaines ou moins de vacances chaque année étaient 37 % plus susceptibles de mourir plus jeunes que ceux qui s’étaient arrêtés de travailler pendant plus de trois semaines. Au sein du groupe de contrôle, le temps de vacances n’était pas lié aux décès prématurés.

S’exprimant dans le «Daily Mail» britannique, le Dr Strandberg a déclaré: «Les effets néfastes d’un style de vie intense étaient bien plus concentrés chez un sous-groupe d’hommes prenant moins de temps de vacances chaque année. ... Dans notre étude, les hommes prenant moins de temps de vacances travaillaient plus et dormaient moins que ceux qui prenaient de plus longs congés». Et d’ajouter: «Ce style de vie stressant pourrait avoir annulé l’effet positif des interventions. Nous pensons que les interventions elles-mêmes pourraient également avoir eu un effet psychologique négatif sur ces hommes, en ajoutant une dose de stress à leur vie quotidienne».

Alors, vous ne pensez pas que c’est le bon moment pour demander ces quelques jours de vacances supplémentaires?

Source: D’après des communiqués de presse

Informations connexes

Pays

  • Allemagne