Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Des nouvelles du projet SHDS: Vers de meilleures défenses antisismiques

Afin de limiter les dégâts causés par les tremblements de terre, les ingénieurs ont mis au point des matériaux de construction qui s’adaptent aux vibrations sismiques, en privilégiant la performance plutôt que simplement la solidité. Le projet SHDS (Seismic-resistant Highly Deformable Structures) a été lancé en 2015 pour développer des matériaux de construction à base de «béton à forte déformation» (HDC). Ce béton utilise des particules de caoutchouc récupérées à partir de pneus usagés, un système de recyclage élaboré par un autre projet financé par l’UE, ANAGENNISI.
Des nouvelles du projet SHDS: Vers de meilleures défenses antisismiques
SHDS a développé des poutres de liaison souples qui seront le premier élément du bâtiment à absorber les chocs sismiques, protégeant ainsi le reste de la structure. Elles sont conçues pour être facilement remplaçables afin de limiter les coûts de réparation et permettre une réoccupation rapide.

L’année dernière, le docteur David Escolano, coordinateur du projet et boursier Marie Curie (désormais basé au Département de génie mécanique à l’Université polytechnique de Madrid) nous avait dit que l’équipe avait testé plus de 300 cylindres/cubes pour trouver le mélange optimal capable de résister à des pressions similaires à leurs homologues traditionnels tout en démontrant une capacité de déformation quatre fois supérieure. À l’époque, le projet n’était pas encore prêt à être commercialisé. Que s’est-il passé entre-temps?

En discutant récemment avec le docteur Escolano pour «Life After», il a fait remarquer que «les innovations dans le secteur de la construction, et particulièrement dans l’ingénierie des structures, sont difficiles à mettre en application car l’intégrité structurelle des bâtiments et infrastructures en dépend.» En pratique, cela implique un processus de test rigoureux «pour répondre aux questions critiques telles que la durabilité, la qualité de la liaison, les performances à long terme, y compris le fluage et l’usure, et la réaction aux accidents comme le feu et les impacts», précise le Dr Escolano.

À cette fin, l’équipe analyse actuellement les données produites par les tests, ce qui lui permettra de «développer des modèles constitutifs analytiques et numériques pour le HDC et d’optimiser la conception des éléments hautement déformables», comme le souligne le Dr Escolano. Cette étape contribuera considérablement à la rédaction des directives qui alimenteront les normes et les codes de construction qui doivent être développés en parallèle avec chaque nouveau matériau et solution d’ingénierie.

Entre-temps, pour parvenir à l’étape de commercialisation, le Dr Escolano explique que: «nous diffusons nos résultats sur des forums professionnels et nous avons constaté un vif intérêt de la part de collègues scientifiques et d’ingénieurs de métier, ce qui nous incite grandement à être prêts pour le marché». Bien qu’il y ait encore du chemin à parcourir avant la commercialisation, des progrès positifs ont été accomplis depuis la fin officielle du projet SHDS!

Source: Publié dans le magazine Research*eu nº 77

Informations connexes