Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Promouvoir la mobilité à l’hydrogène en Europe

Du véhicule ou de sa station de ravitaillement, lequel doit être prêt en premier? Les partenaires entreprenants qui travaillent aujourd’hui sur les dispositifs de mobilité fonctionnant à l’hydrogène se sont attelés à développer les deux en parallèle.
Promouvoir la mobilité à l’hydrogène en Europe
Dans le cadre des efforts mis en œuvre pour décarboniser le secteur des transports en Europe, les véhicules électriques à pile à combustible (FCEV) offrent des avantages essentiels. D’une part, leur combustible, en l'occurrence l’hydrogène, peut être produit à partir d’un vaste ensemble de sources d’énergie renouvelable locales, ce qui limite la dépendance vis-à-vis des importations énergétiques. Les FCEV eux-mêmes ne produisent aucune émission polluante nocive lorsqu’ils fonctionnent, ce qui a un impact positif sur l’environnement et sur la santé humaine. Il est tout aussi important de noter qu'un secteur spécialisé en transports fonctionnant à l’hydrogène florissant impliquerait le développement de nouvelles entreprises et donc de nouveaux emplois en Europe.

C’est donc avec l'intention d’augmenter la présence de cette technologie verte sur les routes européennes que le projet H2ME a été lancé en 2015, suivi par le projet H2ME 2, moins d’un an plus tard. Supportés par des financements de l’UE, ces deux projets ont formé conjointement la tentative coordonnée de déploiement des technologies à l’hydrogène la plus ambitieuse d’Europe. Ces projets axent leurs efforts sur la promotion de la mobilité à l’hydrogène au Danemark, en France, en Allemagne, en Islande, aux Pays-Bas, en Norvège, en Suède et au Royaume-Uni. Pour ce faire, ils ont prévu d’étendre la flotte européenne de véhicules fonctionnant à l’hydrogène et de mettre en place un réseau de stations de ravitaillement dans l’ensemble des pays susmentionnés.

Un réseau de stations de ravitaillement en hydrogène en croissance

À la date d’aujourd’hui, 77 stations de ravitaillement en hydrogène publiques ont été ouvertes dans une partie des pays cibles, et 47 autres sont en cours de déploiement. 51 de ces stations de ravitaillement déjà opérationnelles se situent en Allemagne. En 2019, 100 stations supplémentaires devraient ouvrir dans 7 zones métropolitaines allemandes et le long des autoroutes du pays. À mesure que le nombre de FCEV augmente, 300 nouveaux points d’approvisionnement sont encore prévus.

«Le réseau de stations-services à hydrogène s’agrandit rapidement», explique Nikolas Iwan, directeur général de H2 MOBILITY, le partenaire allemand du projet, dans un article publié sur le site Internet «NGV Global News». «Toutes les deux semaines, nous ouvrons une nouvelle station; et le nombre de points verts sur notre carte, consultable à l’adresse www.h2.live, continuera à augmenter rapidement dans les mois à venir.»

Les stations de ravitaillement sont équipées de pompes à 700 bars pour les voitures, et certaines disposent également de distributeurs à 350 bars pour l’approvisionnement des bus. Un temps de ravitaillement compris entre trois et cinq minutes. Le réseau de stations de ravitaillement prévu constitue une étape essentielle ouvrant la voie à l’augmentation du nombre de FCEV circulant sur les routes européennes. Au total, le projet a pour objectif de déployer 500 nouveaux FCEV et 900 fourgons de type vehicle (véhicule à autonomie étendue) d’ici 2022.

Les avantages des FCEV

Les FCEV s'avèrent complètement différents des véhicules conventionnels dans la mesure où ils n’émettent aucun gaz dangereux lorsqu’ils sont en fonctionnement. Ils sont également bien plus silencieux étant donné que leurs piles à combustible ne dépendent pas de la combustion et nécessitent peu de pièces mobiles. Enfin, les émissions de carbone des FCEV sont inférieures à celles des moteurs diesel, même quand l’hydrogène qu’ils consomment est produit à partir d’une source non renouvelable comme le gaz naturel. Et, quand l’hydrogène est produit à partir de sources faiblement carbonées, les émissions de carbone sont complètement éliminées.

Selon le site web de H2ME, les conducteurs de FCEV peuvent s’attendre à «une expérience de conduite plus douce, plus tranquille et plus réactive» en comparaison avec les voitures fonctionnant à l’essence ou au diesel. Les FCEV mises en circulation dans le cadre du projet peuvent de manière générale rouler entre 386 et 700 km avec un réservoir plein, soit une autonomie comparable à leurs homologues conventionnels.

Les succès obtenus par les projets H2ME (Hydrogen Mobility Europe) et H2ME 2 (Hydrogen Mobility Europe 2) bénéficieront également aux pays observateurs comme la Belgique, le Luxembourg et l’Autriche. Ces pays tireront parti des connaissances acquises au cours du projet pour développer leurs propres stratégies de mobilité à l’hydrogène.

Pour plus d’informations, veuillez consulter:
site web des projets H2ME et H2ME 2

Source: D’après des informations communiquées par le projet et des communiqués de presse

Informations connexes