Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Le GEE envisage d'adopter un avis sur les TI dans le secteur des soins de santé

Le Groupe européen d'éthique (GEE) envisage d'adopter un avis sur l'utilisation des technologies de l'information dans le secteur des soins de santé, le 30 juillet 1999 à Helsinki, en Finlande, où le GEE participera à une conférence sur "Les nouvelles dimensions de l'apprentis...
Le Groupe européen d'éthique (GEE) envisage d'adopter un avis sur l'utilisation des technologies de l'information dans le secteur des soins de santé, le 30 juillet 1999 à Helsinki, en Finlande, où le GEE participera à une conférence sur "Les nouvelles dimensions de l'apprentissage dans la société de l'information", organisée par la présidence finlandaise de l'UE.
Selon le GEE, la rapide progression de l'utilisation de l'ordinateur au sein de la société a d'importantes répercussions sur le secteur de la santé, où des masses de données doivent être traitées. Or, étant donné la nature intrinsèquement sensible des données relatives à la santé, l'"informatisation" soulève des questions éthiques sérieuses. Ceci est particulièrement vrai pour des informations médicales touchant aux détails privés de la santé d'un individu, tels que, par exemple, ceux concernant son état physique ou mental, sa sexualité ou son mode de vie.
Le GEE examinera les avantages et les risques de l'introduction des technologies de l'information dans le secteur des soins de santé, et évaluera leur impact sur les relations entre les professionnels de la santé et les patients. Il étudiera les instruments disponibles à l'échelon international et européen ainsi que la législation nationale des États membres de l'UE sous l'angle de la protection des données et du secret médical. Le GEE accordera également une attention particulière à la situation aux États-Unis.
L'avis proprement dit concernera le droit à la vie privée et à la confidentialité des patients, à l'égalité du droit d'accès aux services de soins de santé et à la qualité de tels services. Il abordera également d'autres questions telles que la sécurité des systèmes mis en ouvre, et la fiabilité ou le droit de propriété des données médicales.