Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

La Commission présente son rapport sur les activités de recherche en 1998

Bien que l'adoption du cinquième programme-cadre ait été au centre des activités de recherche communautaires en 1998, un large éventail d'activités du quatrième programme-cadre a également été réalisé tout au long de l'année. Elles ont toutes été décrites en détail dans le rap...
Bien que l'adoption du cinquième programme-cadre ait été au centre des activités de recherche communautaires en 1998, un large éventail d'activités du quatrième programme-cadre a également été réalisé tout au long de l'année. Elles ont toutes été décrites en détail dans le rapport annuel de la Commission sur les activités de recherche et de développement technologique, lequel vient d'être présenté au Parlement et au Conseil. Évoquant les activités réalisées en 1998, le rapport comporte aussi une évaluation des perspectives des activités de recherche pour l'année 1999 et les années suivantes.
Les plus grandes différences entre le 5ème PCRD - qui est maintenant en bonne voie - et le quatrième programme-cadre résident dans son approche des défis sociaux européens. Il est conçu, par exemple, pour lutter contre des problèmes liés au chômage qui découlent de manière croissante des secteurs de haute technologie, ainsi que de l'utilisation des nouvelles technologies par les industries traditionnelles et les petites et moyennes entreprises (PME). Le budget de 14,96 milliards d'euros alloué au 5ème PCRD est aussi plus élevé de trois pour cent en termes réels (compte tenu de l'inflation) que celui du 4ème PCRD.
Le nouveau programme-cadre se caractérise par une structure subdivisant les domaines de recherche en quatre grands programmes majeurs. Ceci constitue un changement radical par rapport aux 14 programmes antérieurs du 4ème PCRD. Trois programmes horizontaux reflétant l'environnement multidisciplinaire actuel en sciences et technologies, complètent ces programmes spécifiques. Le 5ème programme-cadre comprend des actions clés orientées sur des questions spécifiques et visant aussi à encourager la participation des PME, auxquelles sont destinés 10 pour cent du budget alloué aux programmes spécifiques.
Le rôle du Centre commun de recherche (CCR) de la Commission a également été révisé dans le cadre du 5ème PCRD, afin de consolider ses activités et d'axer ses efforts sur la recherche au service du citoyen, sur la durabilité, la compétitivité européenne et la sécurité nucléaire.
Selon la Commission, le 5ème PCRD inaugure une nouvelle phase de la coopération internationale dans le domaine de la recherche et du développement, en association avec les onze pays qui sont en négociation pour adhérer à l'Union. Les chercheurs de ces pays seront en mesure de participer pleinement au 5ème PCRD et, dans certains cas, aussi au programme-cadre de l'Euratom.
Passant en revue la mise en ouvre du quatrième programme-cadre en 1998, la Commission rapporte que 6200 nouveaux projets ont été lancés en 1998, avec plus de 28 000 participants au total. Parmi ces projets, des nouvelles actions à frais partagés (comptant pour près de 90 pour cent du financement communautaire) ont créé plus de 90 000 liens de coopération entre des chercheurs dans l'Union européenne, dont quelque 83 pour cent de type transnational. La participation des entreprises est également restée élevée en 1998, représentant 38 pour cent des participants, dont 65 pour cent sont des PME.
Les bourses Marie Curie accordées au titre du quatrième programme-cadre ont également financé une mobilité à travers l'Europe pour un nombre équivalent à près de 1 100 chercheurs à temps plein en 1998, alors que 950 chercheurs ont été formés par le biais de l'action "réseaux de recherche" ou par des subsides alloués directement dans le cadre des programmes spécifiques. Parmi ces jeunes chercheurs, nombreux étaient ceux qui, lors de leur formation, se sont vu offrir des contrats d'emploi par leur institution d'accueil.
Le programme concernant les technologies industrielles et des matériaux (Brite-Euram) fut l'un des succès du 4ème PCRD. Une étude réalisée l'année dernière a permis de constater que quatre ans après l'achèvement de leur recherche, une série de projets financés dans le cadre de Brite-Euram avait eu un impact économique direct s'élevant en moyenne à six fois le coût initial total de la recherche et avait eu un impact net positif sur l'emploi.
La Commission rapporte également qu'en 1998, les premiers pas tangibles avaient été faits pour promouvoir le rôle des femmes dans le domaine de la recherche. La proportion de femmes conseillant la Commission dans le domaine de la politique de recherche s'est accrue, les femmes représentant 27 pour cent des membres des groupes de conseil extérieur constitués en 1998. La Commission a également mis sur pied un groupe de coordination pour mieux faire connaître la position des femmes dans la science.
En 1998, la Commission s'est également réorganisée afin de mieux refléter la structure du cinquième programme-cadre. Les directions générales XII, III et XIII ont par conséquent subi une réorganisation tant de leur structure que de leur personnel. Le plan favorise une gestion davantage axée sur le style "collégial", contrastant avec la méthode antérieure selon laquelle chaque programme est géré par un seul directeur.
Plus de 55 pour cent des projets de recherche entamés sous le 4ème programme-cadre seront poursuivis en 1999 et beaucoup continueront jusqu'en 2000 et plus. En attendant, les discussions sur la façon d'organiser la recherche européenne après 2002 sous le sixième programme-cadre, seront entamées avant la fin de l'année.

Informations connexes

Programmes