Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

L'ESA ouvre un centre de la station spatiale internationale à l'attention des utilisateurs

Le centre des utilisateurs de la station spatiale internationale a été officiellement inauguré cette semaine au centre ESTEC, l'établissement de recherche et de technologie de l'ESA à Noordwijk, aux Pays-Bas.
Le centre de documentation espère attirer les ressortissants europée...
Le centre des utilisateurs de la station spatiale internationale a été officiellement inauguré cette semaine au centre ESTEC, l'établissement de recherche et de technologie de l'ESA à Noordwijk, aux Pays-Bas.
Le centre de documentation espère attirer les ressortissants européens intéressés à utiliser la station spatiale, pour apprendre à connaître les installations à bord de la station spatiale internationale et s'entretenir avec les experts de l'ESA sur les procédures à suivre pour le développement de leurs expériences.
Monsieur Dieter Isakeit, chef du bureau de coordination à l'ESA, a déclaré: " La plupart des utilisateurs potentiels de la station spatiale nous connaissent très mal, et nous espérons que par la création de ce centre nous serons mieux reconnus. Il est également important d'attirer de nouveaux clients - ceux qui ne nous connaissent pas - comme il est important aussi d'informer les milieux internes. Récemment, j'étais dans un avion avec le dirigeant de Shell, qui s'intéressait au projet, mais qui n'en savait pas grand chose. Les ingénieurs nous connaissent, mais pas leurs chefs".
A bord de la station de l'utilisateur qui sera entièrement opérationnelle d'ici la fin de l'année, les utilisateurs nouveaux et potentiels du secteur non-spatial et la communauté de recherche spatiale traditionnelle pourront se familiariser avec le matériel de la station spatiale. La pièce maîtresse sera le laboratoire Columbus, modèle même de l'importante contribution de l'Europe en grandeur nature et en état de marche. Des simulations interactives en réalité virtuelle en 3D leur permettront d'explorer la station spatiale tant à l'extérieur qu'à l'intérieur.
Le centre des utilisateurs sera ouvert à tous, bien qu'en réalité, il ne soit utile qu'aux participants dont les gouvernements sont partenaires de la station spatiale. M. Isakeit a affirmé: "Nous fonctionnerons comme une agence de voyage. Certains pays sont soumis à certaines conditions d'entrée et à des restrictions de visa. Le centre des utilisateurs fournira de l'information, mais seuls les pays dont les gouvernements se seront inscrits pourront recevoir un ticket."
La station spatiale devient à présent réalité - deux éléments sont déjà en place et le troisième est destiné à les rejoindre en novembre. Cette mission installera la première pièce du matériel européen, un ordinateur de bord développé par l'ESA qui servira de cerveau pour le module de service russe Zvezda ("étoile" en russe). Cela veut dire que la station spatiale pensera comme un Européen", a déclaré M. Isakeit.
Les 43 missions restantes nécessitaient la construction de la station spatiale internationale, dont les autres partenaires comprenant les États-Unis, la Russie, le Japon, le Canada et l'Europe, ont accusé un retard moyen de deux mois. Cependant, l'ESA assure que le premier européen, astronaute de l'ESA, Umberto Guidoni, posera le pied sur la station en juin 2000. Des préparatifs sont également en cours à l'ESA en vue d'une utilisation scientifique et technique de la station. Les premières expériences concerneront un capteur à infrarouges spécial capable de surveiller des points névralgiques de la Terre, et une horloge atomique présumée 10 à 100 fois plus précise que l'horloge la plus précise de la Terre.
Parallèlement, l'ESA a élu un nouveau président du conseil de l'ESA. Alain Bensoussan, président en exercice de l'Agence spatiale française, le CNES, a pris la succession du norvégien Hugo Parr à ce poste le 1er juillet 1999, qui l'a occupé ces 3 dernières années.