Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Un nouvel espoir pour les patients atteints de surdité profonde

Un implant électronique placé directement dans la région cérébrale qui coordonne la perception des sons pourrait bientôt offrir aux personnes souffrant de surdité profonde une chance de retrouver l'ouïe.



Contexte


L'appareil auditif humain est délicat et complexe. La ...
Un implant électronique placé directement dans la région cérébrale qui coordonne la perception des sons pourrait bientôt offrir aux personnes souffrant de surdité profonde une chance de retrouver l'ouïe.



Contexte


L'appareil auditif humain est délicat et complexe. La lésion de certaines structures de l'organe auditif peut causer la surdité partielle ou complète. Depuis 1984, plus de 25 000 personnes dans le monde ont bénéficié d'un implant cochléaire, à savoir un appareil électronique capable de transmettre les sons directement à l'oreille interne. D'importantes améliorations dans le domaine de la technologie des implants ont été réalisées depuis lors, mais même l'appareil cochléaire le plus sophistiqué ne peut pas restituer l'ouïe à quelqu'un dont la connexion nerveuse entre l'oreille et le cerveau a été coupée. L'implantation d'un appareil directement dans le noyau cochléaire (la région du bulbe traduisant les signaux électriques du nerf auditif en sensation auditive) pourrait constituer une solution. En connectant l'appareil à un petit processeur externe, ce que l'on fait déjà avec les implants cochléaires, les sons provenant du monde extérieur pourraient être acheminés directement dans le cerveau de façon à rétablir la faculté auditive.




Information S&T sur le projet, impact et résultats


Les partenaires du projet ont déjà mis au point des implants qui sont placés à la surface du noyau cochléaire, dans le bulbe. Ces implants ont été testés dans neuf pays européens sur 49 patients atteints de neurofibromatose type II, une maladie provoquant la formation sporadique de tumeurs nerveuses dans différentes régions du corps. Les tumeurs qui se développent sur le nerf auditif provoquent la surdité et finissent souvent par menacer la vie du patient. Les implants auditifs ont été introduits durant l'opération d'ablation des tumeurs et ont permis d'améliorer l'acuité auditive de 47 patients sur 49. Afin d'améliorer la qualité des sons perçus, l'équipe de la Clinique universitaire de Navarre réalise depuis l'automne 1998 une carte de la structure tridimensionnelle du noyau cochléaire. Aujourd'hui, l'entreprise Cochlear UK dispose des informations nécessaires à la conception d'un implant doté de plusieurs «micro-aiguilles» orientables qui pénètrent le bulbe au lieu d'être placées à sa surface. La longueur et l'angle de ces aiguilles seront adaptées de façon à ce qu'elles interagissent avec des régions distinctes du noyau cochléaire, ce qui permettra un traitement plus précis des sons de différentes fréquences. Dans trois ans, les malentendants pourraient donc disposer d'un appareil capable de leur offrir une qualité d'audition nettement supérieure.




Structure du partenariat mis en place


Depuis 1992, Cochlear (UK) Ltd, une entreprise internationale de biotechnologie spécialisée dans le développement de prothèses auditives électroniques, collabore avec des chercheurs de la Clinique universitaire de Navarre en Espagne pour mettre au point des électrodes de très petite taille pouvant être utilisées comme implants dans le bulbe. En 1997, les partenaires ont décidé de formaliser leur collaboration en recourant aux services d'un partenaire du Centre Relais Innovation CENEO, en Espagne. Les contrats et les accords de transfert technologique signés en automne 1998 ont défini la stratégie de recherche qui permettra à la Clinique universitaire d'approfondir ses connaissances du noyau cochléaire et de travailler avec Cochlear UK Ltd au développement et au test d'une nouvelle génération d'implants.