Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Le Conseil décide d'engager l'Europe à participer au projet Galileo

L'Union européenne se joint aux efforts internationaux pour développer une nouvelle génération de services de navigation par satellite par le biais de la phase de définition du projet Galileo.
Le système de navigation par satellite Galileo est destiné à l'usage civil et devrai...
L'Union européenne se joint aux efforts internationaux pour développer une nouvelle génération de services de navigation par satellite par le biais de la phase de définition du projet Galileo.
Le système de navigation par satellite Galileo est destiné à l'usage civil et devrait permettre de parvenir à une indépendance accrue de l'Europe dans le domaine des technologies satellitaires. Ceci serait souhaitable, car la navigation par satellite offre la possibilité de contribuer à améliorer l'infrastructure des transports, à augmenter la sécurité, à réduire la pollution de l'environnement et à créer un système de transport intégré.
L'UE tient également à participer au projet Galileo parce qu'elle craint que l'absence d'influence européenne sur les systèmes de navigation par satellite puisse rendre difficile, pour l'avenir, de s'opposer à des redevances "instaurées unilatéralement et à un taux excessif".
L'Agence spatiale européenne (ESA) a déjà décidé d'engager la phase de définition technique de Galileo, nécessitant le développement d'un secteur spatial et d'une infrastructure au sol associée. Dans le même temps, des activités de recherche liées à Galileo font partie du cinquième programme-cadre et un premier appel à propositions a été publié en juillet 1999.
Dans une déclaration officielle, le Conseil de l'Union européenne invite expressément la Commission à agir avec rapidité et à élaborer sa stratégie de participation au projet Galileo. Il invite en particulier la Commission à explorer toutes les possibilités de coopération future avec des pays extérieurs à l'UE, ainsi qu'avec les États-Unis d'Amérique et la Fédération de Russie et d'autres pays tiers. En fait, la Commission a déjà formellement présenté au Conseil un projet de mandat de négociation avec ces pays concernant Galileo.

Informations connexes