Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Aide à l'optimisation de la conception industrielle

Un nouvel outil destiné à élaborer des prototypes virtuels permet aux concepteurs industriels d'évaluer simultanément les multiples paramètres qui interviennent dans la création d'un produit, contribuant ainsi à raccourcir les cycles de développement et à améliorer la qualité ...
Un nouvel outil destiné à élaborer des prototypes virtuels permet aux concepteurs industriels d'évaluer simultanément les multiples paramètres qui interviennent dans la création d'un produit, contribuant ainsi à raccourcir les cycles de développement et à améliorer la qualité des produits finis.



Contexte


La simulation est l'un des composants essentiels de l'ingénierie moderne assistée par ordinateur (IAO); elle fournit aux ingénieurs la possibilité de tester la conception de nouveaux produits sans devoir passer par la réalisation de prototypes physiques. Mais la simulation ne peut jusqu'à présent que montrer comment se comportera un modèle donné. L'optimisation - qui consiste à déterminer quel modèle est le plus susceptible de satisfaire les critères recherchés - a toujours été un processus complexe qui prend beaucoup de temps et produit souvent des résultats décevants. Le problème est que plusieurs disciplines différentes y sont généralement impliquées. Optimiser les performances vibro-acoustiques d'un produit, par exemple, peut conduire dans une autre direction que l'optimisation de son comportement thermique.




Information S&T sur le projet, impact et résultats


Un projet innovant, intitulé "Progiciel réalisant de nouvelles stratégies d'optimisation applicables à la fabrication de produits de haute technicité" (Spinosa), a introduit dans l'IAO mécanique une technologie logicielle inédite capable de piloter de multiples instruments de simulation dans le but de trouver un modèle optimal. Ce système, créé par le centre belge de recherches en micro-électronique IMEC pour assister le développement rapide de nouveaux circuits intégrés, recourt à la conception de pointe à l'oeuvre dans les méthodes de modélisation de surfaces pour générer un large éventail de modèles exploitables, ainsi que pour tester les performances de chacun d'entre eux.



Le centre IMEC a affiné ses méthodologies d'optimisation, pendant que l'entreprise LMS (Belgique) a mis au point les protocoles qui ont permis de coupler le progiciel avec des outils mécaniques d'IAO et avec un puissant interface utilisateur graphique. Le logiciel qui en a résulté, appelé Optimus, a été testé par des fabricants issus de quatre différents secteurs de l'industrie, dont Electrolux Zanussi en Italie et Thomson Télévision en France.




Structure du partenariat mis en place


Optimus ne remplace pas les instruments de simulation assistée par ordinateur dont disposent les fabricants, mais permet d'en améliorer le rendement en les combinant par des liens automatiques. Le logiciel crée des fichiers d'entrée pour chaque programme de simulation, extrait les données nécessaires de leurs fichiers de sortie, et produit des graphiques clairs qui font voir l'effet relatif de chaque paramètre du modèle sur chaque aspect de la performance. LMS se sert de son propre réseau mondial de distribution pour vendre le produit, suivant les termes d'un arrangement formel fixant le transfert au centre IMEC de royalties sur les droits de la propriété intellectuelle afférents. Cinquante copies ont déjà été vendues, dont la moitié à l'industrie automobile. En fait, le projet a entraîné des améliorations tellement profitables, qu'Optimus se vend également bien dans le secteur de l'industrie micro-électronique elle-même. Les deux partenaires cherchent à étendre la gamme des procédés industriels susceptibles de bénéficier de leur approche basée sur la réalisation de prototypes virtuels, et viennent d'éditer une nouvelle version du logiciel.