Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Des souris aident à mieux comprendre la maladie d'Alzheimer

Des souris capables d'exprimer des gènes humains liés à la maladie d'Alzheimer peuvent aider à élucider comment cette maladie se développe et servir à effectuer des tests pré-cliniques de thérapies potentielles.



Contexte


La maladie d'Alzheimer (MA) se caractérise par...
Des souris capables d'exprimer des gènes humains liés à la maladie d'Alzheimer peuvent aider à élucider comment cette maladie se développe et servir à effectuer des tests pré-cliniques de thérapies potentielles.



Contexte


La maladie d'Alzheimer (MA) se caractérise par un phénomène de dégénérescence neuronale dans le cerveau, entraînant une détérioration graduelle des facultés intellectuelles et la perte du contrôle de toutes les fonctions corporelles. Dévastatrice pour les patients et leurs familles, la maladie d'Alzheimer constitue également un problème de plus en plus préoccupant pour la société. Avec le vieillissement de la population, l'incidence de la maladie augmente; d'ici à l'an 2030, on s'attend à ce que le nombre de cas de maladie d'Alzheimer en Europe dépasse 5 millions. Le coût des soins administrés à un patient souffrant de la maladie d'Alzheimer s'élève à plus de 12 000 euros par an; il n'existe pas de traitement efficace, ni aucun moyen d'établir un diagnostic rapide; et la manière dont la maladie se développe est mal connue. Une percée importante a été réalisée grâce à l'identification de mutations génétiques qui soit causent certaines formes héréditaires de maladie d'Alzheimer, soit constituent des facteurs de risque. En exprimant ces gènes mutants et leurs homologues normaux dans des systèmes relativement simples (cultures cellulaires et souris), il devient possible de commencer à élucider les causes de la maladie d'Alzheimer et de concevoir des stratégies thérapeutiques. Ce sont les objectifs du projet intitulé "Modèles transgéniques de la maladie d'Alzheimer chez la souris et le rat", soutenu par l'UE.




Information S&T sur le projet, impact et résultats


Le projet se concentre principalement sur les protéines normales et mutantes ainsi que sur les gènes qui codent pour elles. Les groupes de chercheurs font appel à diverses méthodes pour étudier les fonctions de ces protéines et leurs interactions. Une approche particulièrement efficace consiste à créer des lignées de souris dont les cerveaux soit n'expriment pas l'équivalent normal d'un gène associé à la maladie d'Alzheimer, soit expriment un ou plusieurs gènes humains incriminés (souris transgéniques). On a pu produire de cette manière des souris qui développent des symptômes semblables à ceux de la maladie d'Alzheimer (angoisse, agressivité, difficultés d'apprentissage, etc.) et des signes de dégénérescence neuronale. Elles constituent des modèles animaux de maladie d'Alzheimer et servent à tester l'effet de divers médicaments et de différentes stratégies thérapeutiques. Le projet apporte une information vitale sur les fonctions normales de certaines protéines cérébrales et sur les dysfonctionnements cérébraux des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer. Plusieurs industries pharmaceutiques et biotechnologiques ont manifesté de l'intérêt pour l'utilisation de ces souris - modèles dans des systèmes de tests pré-cliniques, et des contrats ont déjà été signés.




Structure du partenariat mis en place


Les travaux en cours sont menés par deux équipes de chercheurs qui produisent et caractérisent des souris transgéniques (Centre de génétique humaine, Université catholique de Louvain, Belgique; Centre de recherche sur le génome, Edimbourg, UK), un groupe de spécialistes du cerveau (Hôpital d'Addenbrooke, Cambridge, UK), une unité spécialisée en thérapie génique virale (Hôpital de la Salpêtrière, Paris, France) et une équipe de neuro-généticiens (Institut interuniversitaire, Anvers, Belgique).

Informations connexes

Programmes