Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

La recherche paneuropéenne découvre les dividendes de la biodiversité

Le déclin de la biodiversité des prairies européennes contribue à la baisse de leur productivité, réduit la quantité d'énergie disponible pour le reste de la chaîne alimentaire et menace l'équilibre global de l'écosystème: telles sont les conclusions d'un projet de recherche f...
Le déclin de la biodiversité des prairies européennes contribue à la baisse de leur productivité, réduit la quantité d'énergie disponible pour le reste de la chaîne alimentaire et menace l'équilibre global de l'écosystème: telles sont les conclusions d'un projet de recherche financé par le programme de l'UE Environnement et climat (1994-98).
L'équipe, composée de chercheurs originaires de huit pays européens et dirigée par le professeur John Lawton du Centre NERC de biologie de la population de l'Imperial College of Science, Technology and Medicine de Londres, vient d'annoncer ses conclusions dans un article publié par la revue "Science". "Celles-ci devraient faire prendre conscience aux décideurs politiques de l'UE que la préservation et la restauration de la biodiversité favorisent le maintien de la productivité des prairies - surtout si l'on veut parvenir à une réduction de l'utilisation des engrais et des pesticides", déclarent-ils.
Environ la moitié des 60 millions d'hectares de terres cultivables d'Europe est consacrée aux prairies, qui sont utilisées comme pâturages, pour la culture du fourrage, ou laissées en jachère.
"La disparition d'espèces joue un rôle clé dans la dégradation progressive de notre environnement. Nos conclusions ajoutent de solides raisons scientifiques aux motifs éthiques et esthétiques de la conservation de la biodiversité, déclare le Dr Andy Hector de l'Imperial College, membre de l'équipe de recherche. "Ces résultats offrent le type de principes écologiques généraux dont l'Europe a besoin pour ses politiques agricoles et de conservation de la nature", ajoute-t-il.
Les résultats du projet - intitulé BIODEPTH - montrent que les espèces végétales poussent mieux sur des terrains déjà riches en espèces, et que leur productivité décroît quand la diversité décline. Il s'avère que le rendement des récoltes augmente quand une série de plantes aux caractéristiques différentes poussent ensemble, et un phénomène similaire a également été observé dans une grande variété de prairies européennes. Les conclusions de BIODEPTH sont donc applicables à l'échelle d'un continent.
Il s'agit des derniers développements du débat scientifique sur la question de savoir comment le déclin de la biodiversité affecte le fonctionnement des écosystèmes. Les constatations de BIODEPTH apportent une contribution capitale au débat en prouvant que le nombre d'espèces et les "types" de plantes jouent tous les deux un rôle important dans les écosystèmes.

Informations connexes

Programmes