Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

M. Busquin annonce aux MPE son projet d'"espace commun européen de recherche"

Le 9 novembre dernier, le nouveau Commissaire chargé de la recherche, M. Philippe Busquin, a rendu compte aux membres de la commission de l'industrie, du commerce extérieur, de la recherche et de l'énergie du Parlement européen de l'avancement du portefeuille de la recherche; ...
Le 9 novembre dernier, le nouveau Commissaire chargé de la recherche, M. Philippe Busquin, a rendu compte aux membres de la commission de l'industrie, du commerce extérieur, de la recherche et de l'énergie du Parlement européen de l'avancement du portefeuille de la recherche; à cette occasion, les membres de la commission ont pu l'interroger à loisir sur ce sujet.
Il leur a fait part de ses réflexions sur la situation actuelle de la politique de la recherche en Europe et il a énuméré les questions exigeant une réponse rapide, tout en les assurant qu'il portait une grande attention aux sujets sur lesquels pourrait être centrée la politique de la recherche dans les années à venir.
C'est dans ce domaine que M. Busquin aura la possibilité de s'imposer, notamment par son rôle dans l'organisation du Sixième programme-cadre RDT de l'UE. Il lui faudra pour cela prendre conseil auprès des experts et tirer les leçons des réponses de la communauté des chercheurs aux premières séries d'appels à propositions du Cinquième programme-cadre. Les statistiques concernant la première série commencent à être publiées.
"Les appels à projets ont reçu de la part de la communauté scientifique de nombreuses réponses de haute qualité", a-t-il déclaré. Il se réjouit du fait que 17% des réponses à la première série d'appels émanent de petites et moyennes entreprises; il a rassuré son auditoire quant aux craintes de voir le démarrage différé du 5e PCRD affecter l'absorption du budget de la première année.
D'après les chiffres cités par M Busquin au cours de la réuion, le budget de la première phase du 5e PCRD a été absorbé à 91%, ce qui signifie que le solde n'est pas suffisant pour être reporté sur l'an 2000. Malgré ce fait, il a souligné la nécessité pour la Commission de respecter strictement les échéances, afin de garantir le bon fonctionnement du Programme.
Répondant aux questions de la commission sur la politique de l'énergie renouvelable, il a déclaré: "Le temps est venu de commencer à penser en termes généraux à ce que nous allons faire en matière de politique de l'énergie renouvelable en Europe." Les disparités entre les législations nationales représentent une difficulté majeure dont les responsables doivent tenir compte quand ils élaborent des politiques dans ce domaine. M. Busquin s'est servi de cet exemple pour mettre en lumière les avantages potentiels de son concept d'espace commun de recherche, qu'il a récemment décrit en détail dans un entretien avec CORDIS Nouvelles (voir RCN 13891). Il a révélé que la Commission adoptera une communication sur ce projet au début de l'an 2000.
Philippe Busquin a déclaré aux MPE qu'il souhaitait encourager davantage de jeunes gens à s'engager dans une carrière de chercheurs (et à continuer leurs études au-delà de la licence). Pour y parvenir, l'UE doit encourager la diffusion des connaissances dans toute l'Europe et endiguer la fuite des cerveaux, afin que l'Europe devienne un espace de recherche aussi attractif que les États-Unis. M. Busquin a également souligné la nécessité pour l'Europe de tirer davantage parti de ses ressources en recherches.
"L'espace commun de recherche pourrait jouer un rôle de coordination entre les gouvernements", a-t-il suggéré, ou mettre en place des réseaux de coordination permettant de créer des liens entre partenaires - même aux États-Unis. M. Busquin a proposé que le Centre commun de recherche joue ce rôle et a invité instamment la commission à engager des discussions avec le CCR sur la faisabilité de ce projet.
Répondant aux préoccupations des MPE qui craignent que les pays candidats (Europe centrale et Chypre) associés au Programme ne puissent satisfaire aux critères de participation au 5e PCRD, M. Busquin s'est déclaré très satisfait du nombre de propositions de financement de recherche en provenance de ces pays. Il a été particulièrement heureux d'assister récemment à Varsovie à l'entrée en vigueur de l'Accord UE-Pologne de coopération scientifique et technologique, a-t-il ajouté.
La Hongrie, la Pologne et la République tchèque sont en tête en la matière actuellement, a-t-il révélé, chacun ayant environ 100 participants au programme-cadre, ce qui, à son avis, est prometteur à ce stade précoce de leur participation.
Il a insisté sur l'importance pour la Commission de travailler en étroite collaboration avec le Comité à la préparation du Sixième programme-cadre, dont il pense qu'il sera largement basé sur le 5e PCRD. Mais pour le moment, M. Busquin souhaite se concentrer sur la définition de son concept d'un espace commun de recherche.

Informations connexes

Thèmes

Stratégies