Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Recycler l'eau des déchets industriels

La fabrication du papier peut polluer l'eau. En vue de remédier à ce problème, un projet Innovation a validé une nouvelle technologie, le recyclage des eaux usées par évaporation, qui pourrait s'avérer extrêmement précieuse, tant pour l'industrie que pour l'environnement.


...
La fabrication du papier peut polluer l'eau. En vue de remédier à ce problème, un projet Innovation a validé une nouvelle technologie, le recyclage des eaux usées par évaporation, qui pourrait s'avérer extrêmement précieuse, tant pour l'industrie que pour l'environnement.



Contexte


Le processus de fabrication du papier pollue d'énormes quantités d'eau douce. L'eau prélevée localement dans des lacs ou des rivières y retourne sous forme d'effluent, ce qui entraîne sa pollution. La meilleure solution à ce problème consiste à séparer l'eau des déchets industriels par évaporation, l'eau pouvant ainsi être recyclée et réutilisée plusieurs fois, sans risque que des solides indésirables ne s'accumulent dans le système.



Toutefois, l'utilisation d'équipements traditionnels pour l'évaporation entraîne de nombreuses difficultés techniques et économiques, telles que des investissements et une consommation d'énergie élevés, la corrosion et le dépôt de tartre. Un nouvel évaporateur, capable de surmonter ces inconvénients, vient d'être inventé en Finlande. L'idée de base consiste à utiliser de fines feuilles de plastique en guise de surface de transfert de chaleur au lieu de plaques de métal, une innovation qui permet la construction de grands échangeurs de chaleur résistant à la corrosion et peu coûteux.




Information S&T sur le projet, impact et résultats


Avant de commercialiser cette invention européenne à une large échelle, il fallait encore valider sa fiabilité en service ininterrompu par une expérimentation en grandeur nature sur le site d'une fabrique de papier. C'était le but principal du projet "Traitement des effluents d'une usine de blanchiment via un évaporateur rentable", soutenu par le programme Innovation de la Commission européenne. Les autres objectifs étaient l'optimisation du modèle et la mise au point d'un système destiné à empêcher l'accumulation d'oxalate sur les équipements.



Le projet a duré trois ans, c'est-à-dire une année de moins que prévu et, à la suite de ces travaux, trois brevets ont été déposés. De plus, le projet a déjà favorisé la vente du nouvel équipement, actuellement utilisé dans sept pays avec plus de dix applications différentes.



Le recyclage des eaux usées par évaporation pourrait avoir un impact d'une portée considérable sur les plans économique et environnemental. Des applications similaires pour le traitement des effluents peuvent servir dans presque tous les principaux secteurs de l'industrie. Au niveau mondial, le potentiel commercial de ce procédé est estimé à 15 millions d'euros au moins pour la prochaine décennie. Transformer l'eau de mer ou même les eaux polluées en eau potable pourrait représenter un autre gigantesque marché pour l'exploitation de cette nouvelle technologie. La création d'autres essaimages est actuellement en discussion et un projet finlandais de développement a déjà commencé à augmenter la capacité du nouvel évaporateur.




Structure du partenariat mis en place


L'équipe du projet a été coordonnée par Hadwaco Ltd Oy, le fabricant finlandais qui développe le nouvel évaporateur. L'Université de technologie d'Helsinki, en Finlande, a apporté les compétences en matière de technologie des polymères. Les agents chimiques anti-tartre ont été fournis par la société néerlandaise Naico Europe. La matière plastique a été produite par la société espagnole Dow Chemical et la fabrique finlandaise de films plastiques Ab Rani Plast Oy en a assuré la transformation. L'expérimentation a eu lieu sur le site de l'usine de papier et de pâte à papier Stora Paperboard Ab (aujourd'hui Stora Enso) en Suède. La baisse de la pression et autres conditions relatives au fonctionnement de l'échangeur de chaleur ont été calculées par les consultants de la société finnoise Chemitech Consulting Oy.