Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Les régions récompensées pour aider les PME

L'Europe compte 16 millions d'entreprises, allant de sociétés comptant une seule personne aux vastes conglomérats multinationaux; 90% de ces firmes sont des PME. Il est clair que l'avenir de l'Europe en matière de prospérité et d'emploi tient en grande partie dans les mains de...
L'Europe compte 16 millions d'entreprises, allant de sociétés comptant une seule personne aux vastes conglomérats multinationaux; 90% de ces firmes sont des PME. Il est clair que l'avenir de l'Europe en matière de prospérité et d'emploi tient en grande partie dans les mains de ces sociétés plus modestes. Une initiative pilote de l'UE vise à identifier les régions qui offrent aux PME innovantes l'environnement le plus favorable à leur épanouissement et à encourager l'échange d'idées et d'informations; les autres régions pourront ainsi plus facilement tenter de parvenir au même niveau de performance.



Contexte


La DG Entreprise de la Commission européenne (unité Politique de l'innovation) a lancé, sous son Programme Innovation et PME, une initiative pilote d'une durée de 24 mois, qui vise à identifier et récompenser les régions qui procurent l'environnement le plus propice à la création et à l'expansion de PME innovantes. De telles sociétés jouent un rôle crucial quant à l'avenir de la croissance, de la prospérité et de l'emploi en Europe et, en même temps, elles contribuent au développement et au bien-être des régions dans lesquelles elles se situent. Les actions entreprises en vue d'inciter les régions à prendre les mesures nécessaires pour engendrer un environnement favorable aux PME bénéficieront, à terme, tant aux régions qu'à l'UE dans son ensemble.



Cette initiative est chapeautée par le "Premier Plan d'action pour l'innovation en Europe". Trois conférences ont eu lieu entre 1996 et 1998 à Paris, au Luxembourg et à Vienne; des "acteurs de l'innovation" de premier plan y ont participé, universitaires, représentants d'autorités régionales et entrepreneurs. Dès la fin de la troisième conférence, il y avait un fort consensus quant à la mise en oeuvre d'une action pilote. La Commission européenne fut invitée à jouer le rôle de coordinateur, mettant l'accent sur les exemples de bonnes pratiques et favorisant l'adoption de mécanismes et de nouvelles approches pour promouvoir le succès des entreprises innovantes. Le but visé n'était pas de créer les sociétés elles-mêmes - conformément au principe de subsidiarité, ceci est censé relever de la responsabilité des états et régions - mais consistait plutôt à rassembler les organismes concernés, à faciliter une communication et une coopération efficaces et à stimuler l'échange d'idées et d'expérience.




Information S&T sur le projet, impact et résultats


Cette action pilote aborde les problèmes incriminés à partir de trois perspectives distinctes. La première couvre les aspects politiques. Il s'agit en l'occurrence de créer une "vitrine" d'excellence régionale, "d'exposer" les régions qui ont établi les conditions nécessaires pour stimuler la création et assurer la pérennité des entreprises innovantes.



Ce regroupement de régions d'élite compte actuellement plus de 20 membres sélectionnés, entre autres, à partir d'une série de 24 indicateurs élaborés sur la base d'informations fournies par le Bureau européen de statistiques (Eurostat). Ces indicateurs comprennent le produit intérieur brut, le niveau des budgets et du personnel affectés à la R&D, le nombre de publications scientifiques, et les dépenses en matière d'éducation. La disponibilité d'infrastructures locales figure également parmi les facteurs pris en compte. Agissant comme médiateur, la Commission assure l'établissement d'un réseau efficace de relations entre les régions.



La seconde ligne d'action concerne les projets individuels. Il arrive souvent, dans le cadre de projets de développement, que des organisations régionales - de toute l'Europe et pas seulement des centres d'excellence - élaborent de nouvelles stratégies afin d'encourager la création de jeunes entreprises ou d'essaimages. La Commission contribue à identifier et disséminer ces nouvelles idées.



Finalement, l'action pilote prévoit une série de mesures d'accompagnement visant à soutenir le réseau d'excellence. Ces mesures comprennent l'organisation d'événements promotionnels (notamment un forum annuel des sociétés innovantes), la création d'un site web, et la mise en place d'une "interface politique de l'innovation". Cette interface, coordonnée avec d'autres aspects pertinents en matière de politique de l'UE, a pour fonction de maximiser les leçons tirées du réseau ainsi que des projets individuels par le biais d'une série de panels d'experts, de visites, d'ateliers et d'évaluation des performances.



Le nombre de propositions déposées à la suite de l'appel lancé le 15 juin dernier a largement dépassé les prévisions.




Structure du partenariat mis en place


Les principaux partenaires de l'initiative représentent des administrations régionales. Dans la plupart des cas, le réseau implique des organisations de développement régional, bien que certains services de consultants y prennent part également. Au niveau des projets individuels, les universités sont prédominantes, certains organismes financiers et instituts de recherche indépendants jouent aussi un rôle actif.



A mesure que l'action progresse, les coordinateurs au sein de la DG Entreprises (unité Politique de l'innovation), espèrent développer des partenariats avec d'autres régions européennes.