Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Le Président du Conseil de la recherche annonce une nouvelle formule pour le sixième programme-cadre

Lors de sa première réunion avec le Parlement européen, le Président en exercice du Conseil de la recherche, M. José Mariano Gago, a tracé les grands axes des plans de la présidence portugaise pour l'avenir de la politique de recherche communautaire.
"Les préparatifs en vue du...
Lors de sa première réunion avec le Parlement européen, le Président en exercice du Conseil de la recherche, M. José Mariano Gago, a tracé les grands axes des plans de la présidence portugaise pour l'avenir de la politique de recherche communautaire.
"Les préparatifs en vue du sixième programme-cadre doivent aller au-delà des limites des précédents programmes-cadres, a déclaré le ministre portugais, et devront être mis à jour pour rester en phase avec les développements en cours dans l'UE".
Le changement de cadre est inévitable si l'initiative du Commissaire à la recherche, M. Busquin, pour un espace commun de recherche devient une réalité. Une politique de recherche sans frontières en Europe exigera une coordination et une coopération plus étroites entre les programmes nationaux et européens de recherche. Ceci couvre un domaine potentiellement très vaste, incluant les États membres, les pays candidats et signataires d'accords de coopération. M. Gago espère également parvenir à de nouveaux accords de coopération avec d'autres pays.
"À l'aube d'un nouveau siècle et d'un nouveau millénaire, nous devrions tous prendre le temps de réfléchir à quoi la recherche européenne devrait aboutir et dans quelle mesure les conditions différeront ou seront identiques à celles des cinq premiers programmes-cadres, a-t-il ajouté.
La politique de recherche devra être redéfinie en fonction de la perspective d'une Union européenne élargie, tant du point de vue du nombre de ses États membres que du champ de ses activités, par exemple le développement de la politique étrangère et de sécurité commune, la création d'un domaine commun de liberté et de justice, et la monnaie unique."
Ces questions seront discutées lors d'une réunion informelle des ministres de la recherche en mars, en vue d'adopter une résolution lors de la réunion du Conseil de la recherche en juin.
La politique européenne de la recherche a également un rôle important à jouer dans le traitement du problème du chômage et de l'exclusion sociale. Ce sujet sera discuté lors d'une réunion spéciale du Conseil européen qui aura lieu en mars et sera consacrée au thème "Emploi, réforme économique et cohésion sociale - vers une Europe de l'innovation et du savoir".
"La politique de la science et de la technologie joue un rôle important dans la promotion de la croissance, de l'acquisition de connaissances et de l'innovation, a souligné M. Gago. En fait, la consolidation et la mise à jour des compétences scientifiques et techniques et l'acquisition généralisée des compétences en TI sont essentielles à la création d'emplois qualifiés et à la construction d'une base économique et sociale compétitive."
À cette fin, M. Gago a exprimé son soutien à la communication de la Commission sur "e-Europe - une société de l'information pour tous", et à son rapport "Stratégies pour l'emploi dans la société de l'information."
La Présidence du Conseil élaborera un plan d'action pour une société basée sur l'information et le savoir, qui sera le thème d'une conférence ministérielle sur le savoir et la société de l'information en avril. Le plan d'action européen qui en résultera servira de guide pour les plans et stratégies de développement nationaux.
M.Gago a invité les membres de la commission de l'industrie, du commerce extérieur, de la recherche et de l'énergie à faire connaître leur avis sur des questions d'actualité relatives à la politique de la recherche. Ces questions, a-t-il suggéré, incluent: "la coordination des programmes nationaux, multinationaux et européens de science et de technologie, les besoins des institutions européennes en matière de gestion de la science, de mise en réseau des laboratoires, d'accès et de capacité de ce réseau, une plus grande mobilité des chercheurs, le développement de la société de l'information, et des initiatives pour faire de l'Europe en général une zone plus attractive pour le développement scientifique et technologique."
La Présidence portugaise va faire de la coopération internationale un domaine prioritaire, a poursuivi M. Gago. "Nous avons l'intention de renforcer cette dimension de la politique de la recherche de l'Union européenne dans un certain nombre de domaines, en particulier en ce qui concerne les accords de coopération avec les États-Unis et la Chine". Les initiatives asiatiques seront lancées dans l'ancienne colonie portugaise de Macao en mai, a déclaré M. Gago, tout en promettant de poursuivre la promotion de l'initiative Eureka.
Le ministre portugais a également exprimé son soutien à la poursuite du processus de Barcelone, encourageant la coopération parmi les pays bordant la Méditerranée. Il a également signalé qu'il était prévu de conclure de nouveaux accords bilatéraux avec Malte, l'Ukraine, l'Inde et, en particulier, le Brésil.
Les actuels programmes de recherche ne doivent pas être négligés pour autant, et M. Gago a affirmé son engagement à assurer le succès du cinquième programme-cadre, de la stratégie spatiale européenne et du réacteur thermonucléaire expérimental international.
Faisant l'éloge de "l'intérêt passionné" du ministre portugais, les MPE ont accueilli favorablement ces initiatives. Toutefois, si M. Gago a été apprécié en tant qu' "homme d'idées", certains membres de la commission lui ont vivement recommandé de réfléchir à la manière dont ces idées peuvent être mises en pratique.

Informations connexes

Programmes