Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Le Comité souligne l'importance de la compétitivité

Le caractère inéluctable de la mondialisation est particulièrement mis en lumière dans l'avis du Comité des régions sur "La compétitivité des entreprises européennes face à la mondialisation - comment l'encourager?"
Tout en reconnaissant la nécessité d'une approche au niveau e...
Le caractère inéluctable de la mondialisation est particulièrement mis en lumière dans l'avis du Comité des régions sur "La compétitivité des entreprises européennes face à la mondialisation - comment l'encourager?"
Tout en reconnaissant la nécessité d'une approche au niveau européen pour répondre à cette tendance, le Comité indique également dans son avis que la compétitivité est une notion souvent difficile à définir. Par exemple, la compétitivité d'une entreprise est de loin plus facile à définir que celle d'une région. Le Comité définit la compétitivité comme la faculté de créer de l'emploi sur le long terme et de favoriser un développement économique durable. Il souligne que dans l'intérêt de la cohésion sociale, la poursuite de l'objectif de la compétitivité ne doit pas déboucher sur le scénario des "pays qui gagnent et pays qui perdent".
Il est également important de rappeler, poursuit le Comité, que la compétitivité est par nature source d'asymétries - asymétries commercialement favorables. Il attire l'attention sur le fait que si l'UE entretient, dans son ensemble, des relations commerciales défavorables avec les États-Unis et le Japon, en revanche, sa balance commerciale est encore positive. Cela signifie que c'est avec les pays tiers de moindre développement que les relations s'avèrent globalement favorables. Pour cette raison, le Comité met en garde contre les dangers d'une asymétrie engendrée au niveau régional si la promotion des entreprises devait être excessive sans qu'il soit tenu compte d'asymétries préoccupantes pouvant naître à ce niveau.
La notion de compétitivité d'une région ne doit pas être jugée uniquement en fonction de sa capacité à attirer des investissements, mais bien plus selon qu'elle réunit les conditions pour retenir ces investissements. A cette fin, l'aide pouvant être allouée aux entreprises en phase de démarrage et aux entreprises locales plus petites constitue l'élément clé et la création de telles entreprises communes doit recevoir le plein soutien de l'Union européenne.
En conclusion, le Comité formule une série de recommandations, entre autres: aide au management des petites entreprises, mise au point d'un plan de capital-risque à haute performance, attention plus grande accordée aux besoins du secteur touristique hautement compétitif et qui emploie une main-d'oeuvre importante, rénovations majeures des infrastructures européennes et reconnaissance mutuelle des diplômes au sein de l'UE.