Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Danemark: un cas d'ESB déclenche l'accélération du dépistage et de la recherche

Quelques jours après la confirmation du premier cas d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) au Danemark, M. David Byrne, Commissaire européen à la santé et à la protection des consommateurs, a tenu à rassurer les citoyens européens quant à l'engagement de la Commission dans...
Quelques jours après la confirmation du premier cas d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) au Danemark, M. David Byrne, Commissaire européen à la santé et à la protection des consommateurs, a tenu à rassurer les citoyens européens quant à l'engagement de la Commission dans la lutte contre l'ESB.
Lors d'une réunion avec le ministre danois de l'alimentation, de l'agriculture et de la pêche, Ritt Bjerregaard, le Commissaire a annoncé son intention de publier les propositions de la Commission concernant le dépistage de l'ESB au plan communautaire en mars ou avril cette année. Ces mesures seront conçues dans le but de donner une meilleure idée de l'incidence de l'ESB dans les États membres en réalisant l'autopsie d'un certain pourcentage d'animaux morts subitement dans l'UE.
La France, la Suisse et l'Irlande ont déjà pris des mesures en ce sens, mais la Commission européenne voudrait qu'une législation sur le dépistage de l'ESB et sur les "matières à risque spécifié" (MRS) soit mise en place au niveau de l'UE.
Le Danemark vient de prendre la décision de retirer les MRS du bétail et le Commissaire Byrne encourage les autres États membres à en faire autant.
"Certains États membres rechignent encore à adopter nos propositions. Je pense que le cas du Danemark doit être une leçon pour les pays qui semblent réticents à adopter des mesures de santé publiques raisonnables. Les MRS, qui incluent la cervelle, la moelle épinière, les intestins et la rate, sont les parties de la bête qui présentent le plus grand risque d'infection par l'ESB et un risque possible d'exposer les êtres humains à la v-MCJ", dit-il.
M. Byrne déclare que, lors de la phase préparatoire du Conseil de l'Agriculture de mai/juin, il militera le plus possible en faveur de l'élimination des MRS, conformément à ses propositions. À ce moment-là, les ministres de l'Agriculture devront prendre position sur les mesures de sauvegarde proposées par la Commission. La Commission redoute cependant que les craintes des États membres au sujet de ce que de telles recherches pourraient révéler ne les rendent réticents à approuver ses propositions.

Informations connexes