Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Sécurité des produits de consommation

Le CCR développe actuellement une base de données sur la sécurité des produits de consommation. Cette base de données permettra aux analystes et aux institutions d'Europe de communiquer plus efficacement.



Contexte


Les produits de consommation sont incontestablement d...
Le CCR développe actuellement une base de données sur la sécurité des produits de consommation. Cette base de données permettra aux analystes et aux institutions d'Europe de communiquer plus efficacement.



Contexte


Les produits de consommation sont incontestablement devenus beaucoup moins dangereux. C'est le résultat de la législation européenne sur les normes de sécurité, la demande des consommateurs en faveur d'une meilleure protection et l'obligation pour les fabricants d'assumer leur responsabilité en ce qui concerne les défectuosités de leurs produits. Il est vrai que la législation a conduit au retrait d'un grand nombre de composants dangereux des produits de consommation. Mais, comment le citoyen européen peut-il avoir la certitude que les produits disponibles dans le commerce sont conformes aux exigences les plus récentes en matière de sécurité ? Les instances qui définissent les normes commerciales régionales ont certes leur rôle à jouer pour assurer la conformité des produits. Mais, un registre central de produits et d'experts qualifiés et indépendants est également nécessaire. Le mot clé est indépendant. Seul un personnel qualifié, travaillant dans des organismes désintéressés, est habilité à juger de la sécurité d'un produit au profit d'un Etat membre - un verdict défavorable, s'il est arbitraire, pourrait être la source de conflits commerciaux. Un registre central permettrait de diffuser rapidement l'information et d'éviter la duplication des tests. C'est précisément dans cette voie que le Centre commun de recherche (CCR) de la Commission européenne s'est engagé.



L'Institut des matériaux et mesures de référence du CCR, situé à Geel en Belgique, a collaboré étroitement avec la Direction générale de la santé et de la protection des consommateurs afin de mettre sur pied une base de données de ce type. Le premier pas consistait à dresser une liste européenne d'experts en évaluation des risques. Avec le temps, les demandes de l'industrie, des législateurs et des experts concernés ont conduit à élargir la portée de la base de données. A présent, elle inclut des informations sur les produits eux-mêmes.




Information S&T sur le projet, impact et résultats


A ce stade, les travaux se concentrent sur la mise au point d'un logiciel extensif et sur la mise à jour du contenu de la base de données. Outre les coordonnées des experts et leurs domaines d'expertise, la nouvelle banque de données comprendra de nombreuses définitions et détails sur les produits, selon les normes de classification internationales. Le but recherché consiste à pouvoir consulter ces informations comme un "thesaurus" contenant des synonymes, des fonctions de recherche et une classification des produits dangereux. Les trois parties principales de la base de données seront solidaires. Ainsi, l'utilisateur pourra, par exemple, rechercher un organisme précis pour connaître ses domaines d'expertise, les détails de tous les produits sur lesquels il a travaillé et les risques associés à ces produits. Cet outil sera bientôt disponible sur Internet.



La base de données peut contenir un nombre de langues indéfini. A l'origine, elle sera établie en anglais, français, allemand, italien et espagnol, mais pourra être étendue ultérieurement. Cependant, les partenaires du projet sont confrontés ici à une difficulté. En effet, ils ne disposent pas de glossaires complets pour toutes les langues. Ils commenceront par utiliser des traductions effectuées par le propre logiciel de traduction de la Commission. Ensuite, ils ont l'intention de créer une page de commentaires sur le site Web, tablant sur le fait que les utilisateurs du réseau les informeront de toute erreur ou ambiguïté linguistique locale. La première version du site interactif devrait être opérationnelle au début de l'année 2000.



Une grande partie de l'année écoulée a été consacrée à annoncer la mise en service imminente de la nouvelle base de données. Comme le font remarquer les chercheurs du CCR, le site ne sera vraiment interactif que si les experts entendent parler de son lancement, comprennent son but et comment ils peuvent contribuer à son succès final et apprécier le bénéfice qu'ils pourront tirer de son utilisation. A cette fin, l'équipe a publié de nombreux articles dans des journaux spécialisés et a présenté le projet lors de conférences de tout premier plan sur la sécurité des produits et l'évaluation des risques.




Structure du partenariat mis en place


Le CCR n'est pas le seul organisme à formaliser des bases de données sur la sécurité des produits. Afin d'éviter un double emploi, la base de données est structurée pour être compatible avec d'autres banques de données comme celle de l'Organisation mondiale de la santé et des Nations Unies, ICD-10, et le registre NEISS (National Electronic Injury Surveillance System), administré par la Commission américaine pour la sécurité des produits de consommation (US Consumer Products Safety Commission). De plus, lors des conférences organisées dans toute l'Europe, les chercheurs ont rencontré des collègues qui travaillent dans des domaines complémentaires. Ils étudient actuellement la possibilité de synergies, pour établir des partenariats. Les chercheurs soulignent le fait que les experts en sécurité des produits et les institutions officielles seront les premiers utilisateurs du système. Il constituera un outil de communication et de dialogue dont les principaux initiateurs seront aussi les utilisateurs les plus assidus.

Informations connexes

Programmes

Thèmes

Sécurité