Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Le Parlement européen demande un meilleur système de contrôle pour les EST

La commission de l'environnement, de la santé publique et de la protection des consommateurs du Parlement européen a appelé à un meilleur système de contrôle des encéphalopathies spongiformes transmissibles (EST). Cet appel fait suite à l'adoption par cette commission d'un rap...
La commission de l'environnement, de la santé publique et de la protection des consommateurs du Parlement européen a appelé à un meilleur système de contrôle des encéphalopathies spongiformes transmissibles (EST). Cet appel fait suite à l'adoption par cette commission d'un rapport sur une proposition de réglementation de la Commission européenne qui créera une base juridique en vue de l'éradication des EST, de l'ESB (encéphalopathie spongiforme bovine) et de la tremblante du mouton. La proposition prévoit également des règles visant à prévenir la diffusion de l'organisme responsable de l'ESB lors du transport d'animaux vivants.
Élaborée en vue de réagir à l'épidémie d'ESB, la proposition vise à créer une base juridique uniforme en matière de contrôle et de prévention de tous les types d'EST chez les animaux et dans les produits animaux. La commission parlementaire est favorable à l'approche présentée par la Commission, mais elle a également adopté des amendements visant à améliorer le champ d'application de la réglementation.
Ainsi, la commission souhaite introduire l'option de l'usage de tests diagnostiques systématiques et rapides des EST dans le bétail. En outre, la commission réintroduit l'exigence de retrait de troupeaux entiers de la chaîne alimentaire afin de contrôler l'ESB, bien que cette stratégie n'ait pas la faveur de la Commission européenne.
La commission pense aussi que le concept de "zone géographique", tel qu'il est présenté dans la proposition de la Commission, doit être défini au niveau communautaire et ne pas être laissé à la discrétion des États membres. Elle déclare également que la proposition doit inclure les produits exclus de la réglementation en vigueur actuellement, notamment les cosmétiques, les médicaments et autres produits médicinaux. Enfin, elle souligne l'importance d'informer la Commission de tout soupçon ou de toute détection d'EST.
La première lecture du rapport au Parlement européen est prévue lors de la session plénière secondaire à Strasbourg en mai.
Dans la même semaine, le comité de direction scientifique de l'UE a publié son avis sur la question de savoir s'il convient de consommer des os et du sang d'animaux, à la lumière des récentes recherches sur les risques relatifs à l'ESB.

Informations connexes