Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

La Commission définit la politique communautaire de l'entreprise

Dans une communication exposant sa politique de l'entreprise, la Commission estime que l'Europe se doit de devenir plus entrepreneuriale et innovante pour répondre aux défis de l'économie fondée sur le savoir.
Dans sa communication intitulée "La politique de l'entreprise face ...
Dans une communication exposant sa politique de l'entreprise, la Commission estime que l'Europe se doit de devenir plus entrepreneuriale et innovante pour répondre aux défis de l'économie fondée sur le savoir.
Dans sa communication intitulée "La politique de l'entreprise face aux défis inhérents à l'économie fondée sur la connaissance", la Commission définit sa politique de l'entreprise pour faire face aux défis lancés lors du récent Conseil "pointcom" de Lisbonne.
La communication en appelle à une culture d'entreprise qui encourage la prise de risques, au développement d'un environnement dans lequel les sociétés puissent bénéficier du capital-risque et à une politique d'innovation et de recherche efficace. La communication indique ainsi qu'aucun texte législatif communautaire ne pourra être adopté sans qu'il ait été procédé au plus haut niveau politique à une évaluation de son incidence sur les entreprises.
La législation relative à la faillite peut se révéler un élément dissuasif pour les entrepreneurs potentiels, vu les coûts élevés qui grèvent tout échec. Le Commissaire européen en charge des entreprises et de la société de l'information, M. Erkki Liikanen, demande une révision de la législation relative à la faillite dans les Etats membres.
"L'esprit d'entreprise est essentiel à la nouvelle économie" déclare-t-il. "Ceux qui prennent des risques doivent être récompensés et ceux qui échouent obtenir une seconde chance - c'est un élément important de la courbe d'apprentissage."
Réduire les coûts administratifs de constitution d'une entreprise est également l'un des objectifs du programme de M. Liikanen. "Les coûts superflus qui entravent les entreprises, et qui sont le résultat soit de barrières au sein du marché intérieur soit de pratiques bureaucratiques, doivent disparaître", estime-t-il.
Conformément aux conclusions de Lisbonne, et afin de permettre aux Etats membres de tirer profit de leurs expériences respectives, la Commission entend lancer un exercice d'étalonnage des performances en juin de cette année, dont les premiers résultats seront présentés lors du conseil "Industrie" qui aura lieu en décembre 2000.
Un nouveau programme pluriannuel pour les entreprises et l'esprit d'entreprise 2001-2005 vient étayer les objectifs définis en matière de politique de l'entreprise dans la communication de la Commission.
Principalement axé sur les besoins des petites et moyennes entreprises (PME), ce programme prévoit un apport financier en faveur du développement des politiques via la nouvelle procédure "BEST". Il incorpore aussi d'importants instruments visant à offrir aux PME un meilleur environnement financier sous la forme de garanties de prêts et d'un soutien à la fourniture de capital-risque.
Pendant les cinq années qu'il couvre, le nouveau programme devrait octroyer 230 millions d'euros en faveur du développement des PME et sera mis en oeuvre dans plus de trente pays y compris l'Espace économique européen et les pays candidats.