Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

L'autonomie restituée aux handicapés

L'équipe d'un projet Esprit, mené par une société norvégienne, a mis au point un dispositif capable d'offrir une meilleure qualité de vie aux handicapés. Grâce à un nouveau système de contrôle adapté aux fauteuils roulants électriques, les handicapés moteurs pourront manoeuvre...
L'équipe d'un projet Esprit, mené par une société norvégienne, a mis au point un dispositif capable d'offrir une meilleure qualité de vie aux handicapés. Grâce à un nouveau système de contrôle adapté aux fauteuils roulants électriques, les handicapés moteurs pourront manoeuvrer plus efficacement, faire fonctionner des appareils électriques externes et pourront mieux communiquer.



Contexte


Les membres du projet "Rolltalk" (rouler-parler) ont une approche originale des nouvelles technologies : ils placent les développements innovants entre les mains du patient - littéralement dans certains cas.



Leurs travaux ont abouti à la création d'un nouveau système capable d'améliorer considérablement la qualité de vie des handicapés moteurs. Grâce aux équipements développés dans le cadre du projet, ces derniers pourront maîtriser leur environnement (allumer et éteindre la lumière, changer de chaînes de télévision, ouvrir des portes électriques, etc.), man_uvrer et régler un fauteuil roulant électrique, et communiquer par des messages formulés à l'aide d'une voix synthétique ou affichés sur un écran.



Le système Rolltalk met à disposition de l'utilisateur un ordinateur monté sur un fauteuil roulant électrique, qui commande diverses fonctions conçues spécialement pour eux. Si l'invalide a gardé l'usage de ses mains, une manette de commande lui permettra de déplacer un curseur sur l'écran pour utiliser la fonction désirée. Dans des cas plus graves, il arrive que le patient ne puisse mouvoir qu'un _il, par exemple, mais même s'il ne peut contrôler qu'un seul muscle, des capteurs permettront à l'utilisateur de tirer parti du système Rolltalk.




Information S&T, impact et résultats


Equiper des fauteuils roulants électriques de telles capacités de contrôle n'est pas, en soi, une idée nouvelle - l'innovation majeure réside dans les adaptations spécifiques. L'un des objectifs de l'équipe du projet était le développement d'un élément de standardisation permettant à l'utilisateur de spécifier les fonctions nécessaires de son fauteuil roulant et d'acheter les composants individuels - comme un siège ajustable ou la direction - chez les différents fabricants appropriés. Dans le passé, intégrer le contrôle de ces divers composants posait un problème. De telles solutions "sur mesure" nécessitaient des systèmes de câblage compliqués, qui augmentaient considérablement le prix des fauteuils roulants - souvent au-delà du budget des autorités sanitaires qui interviennent généralement dans le paiement de ces équipements.



L'équipe souhaitait promouvoir le concept d'un système de branchement direct grâce auquel des composants provenant de divers fabricants pouvaient être intégrés indifféremment. Comme le fait remarquer l'un des membres de l'équipe, vous pouvez avoir un ordinateur Compac et une imprimante Hewlett Packard. Vous vous attendez, à juste titre, que ces éléments fonctionnent ensemble sans problème. Pourquoi n'en irait-il pas de même pour les systèmes de fauteuils roulants motorisés ?



L'un des principaux éléments nécessaires est l'utilisation d'un bus d'assemblage informatique, une méthode d'interconnexion compacte qui permet le passage simultané à grande vitesse de signaux provenant des différents composants de l'ordinateur. En l'occurrence, l'équipe disposait d'un atout. Un projet soutenu antérieurement par l'Union européenne avait abouti à l'élaboration du système de bus "M3S" (Multiple Master Multiple Slave - Multiple maître, multiple esclave), mais son utilisation n'était pas très répandue. En adaptant le logiciel et les interfaces de l'unité de contrôle de l'ordinateur Rolltalk aux normes du système M3S, l'équipe a produit un système de contrôle intégré recevable dans toute l'Europe et même au-delà.



Tout au long du projet, l'équipe était consciente du fait que les systèmes Rolltalk de contrôle informatique antérieurs étaient relativement encombrants et difficiles à connecter avec les composants de fournisseurs différents. Ces problèmes ont été résolus grâce à l'adaptation de composants électroniques standardisés - mais de pointe - et en adoptant les normes du bus d'assemblage M3S.




Structure du partenariat mis en place


Des prototypes de fauteuils roulants ont été testés avec succès en conformité avec les normes définies. La PME norvégienne IGEL Kompaniet, qui a dirigé le projet, négocie actuellement avec des investisseurs pour assurer le financement d'une campagne de promotion des ventes à travers l'Europe et la création d'emplois qui en résultera. La recherche d'une solution de référence pour un problème technique doit, par définition, impliquer des acteurs de premier plan dans le domaine considéré. La société IGEL a donc initié, stimulé et maintenu des relations solides avec des fabricants de fauteuils roulants, des mécatroniciens et des producteurs de logiciels et de matériel informatique. Elle a aussi collaboré étroitement avec des fabricants de coffrets d'isolation et de revêtements spéciaux pour garantir la protection des équipements contre les interférences provenant d'autres appareils électriques.


Informations connexes

Programmes