Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Suivi de l'étude britannique sur les cultures génétiquement modifiées à l'échelle des exploitations agricoles: les résultats persistent pendant deux ans

D'après les auteurs d'une étude de suivi de l'initiative britannique dédiée aux évaluations des cultures génétiquement modifiées (GM) à l'échelle des exploitations agricoles (FSE - Farm Scale Evaluations), les impacts sur la faune et la flore observés lors des résultats initia...
Suivi de l'étude britannique sur les cultures génétiquement modifiées à l'échelle des exploitations agricoles: les résultats persistent pendant deux ans
D'après les auteurs d'une étude de suivi de l'initiative britannique dédiée aux évaluations des cultures génétiquement modifiées (GM) à l'échelle des exploitations agricoles (FSE - Farm Scale Evaluations), les impacts sur la faune et la flore observés lors des résultats initiaux peuvent persister pendant deux ans.

Lors des premières évaluations réalisées à l'échelle des exploitations agricoles, les scientifiques ont étudié les effets sur la biodiversité de quatre espèces génétiquement modifiées - le colza de printemps, le colza d'hiver, la betterave à sucre et le maïs. Ils en ont conclu que si le colza de printemps et la betterave à sucre génétiquement modifiés sont plus nocifs pour l'environnement que leurs équivalents conventionnels, le maïs génétiquement modifié est en réalité meilleur pour la biodiversité.

Le suivi de la quantité de graines de plante adventice présente dans le sol de ces cultures permet aux auteurs de la nouvelle étude de suggérer que les résultats originaux observés dans le cas du colza et du maïs génétiquement modifiés persistent pendant une période pouvant aller jusqu'à deux ans. Fait intéressant, d'après l'étude de suivi, les zones où est cultivée la betterave à sucre et qui avaient enregistré une baisse du taux de graines de plante adventice pendant l'étude d'origine ont enregistré une remontée partielle de ce dernier.

"Cette nouvelle confirme ce que nous pensions voir se produire lorsque nous avons publié les résultats initiaux", a déclaré Les Firbank, coordinateur du projet FSE, au site web BBC News. "Nous nous attendions effectivement à ce que les différences persistent."

Cependant, le docteur Firbank ne pense pas que les nouveaux résultats auront une incidence sur les décisions relatives à l'approbation des cultures génétiquement modifiées au Royaume-Uni. A la suite des résultats initiaux des FSE, le gouvernement a fait savoir qu'il approuverait la culture du maïs génétiquement modifié utilisé dans l'étude. Cependant, son fabriquant, Bayer, a décidé de ne pas donner suite à l'obtention d'une autorisation de cette variété en Europe, et, depuis, les Etats membres du Conseil des ministres n'ont pas pu se mettre d'accord sur une décision relative à des autorisations de cultures génétiquement modifiées.

Source: BBC News website

Informations connexes

Pays

  • 271485480