CORDIS
Résultats de la recherche de l’UE

CORDIS

Français FR

Actualités

Français FR

EUREKA met au point un nouveau traitement contre les artères bloquées

Des chercheurs irlandais et néerlandais participant à un projet Eureka viennent de mettre au point un instrument qui permet de maintenir plus longtemps ouvertes les artères rétrécies ou bloquées et, partant, d'assurer un flux sanguin régulier vers le coeur et de réduire le nom...

Autre

Des chercheurs irlandais et néerlandais participant à un projet Eureka viennent de mettre au point un instrument qui permet de maintenir plus longtemps ouvertes les artères rétrécies ou bloquées et, partant, d'assurer un flux sanguin régulier vers le coeur et de réduire le nombre de décès dus au blocage des artères.

Le sang arrive au coeur par les artères coronaires, des vaisseaux sanguins malheureusement sujets à rétrécissement. Lorsque tel est le cas, le flux sanguin vers le coeur diminue et la personne atteinte court un grave risque de crise cardiaque ou d'angine.

Durant de nombreuses années, les médecins sont intervenus en posant une structure de soutien appelée stent dans les artères rétrécies. Le stent à placer à l'intérieur de l'artère coronaire est introduit à l'aide d'un cathéter à ballonnet. Une fois le stent en place, le ballonnet est gonflé et le stent se dilate jusqu'à soutenir l'artère et la maintenir ouverte.

Au fil du temps, cette intervention s'est très largement popularisée. En 2005, 2,5 millions d'endoprothèses coronaires ont été placées dans le monde entier et le marché international des stents et des cathéters à ballonnet pèse quelque 1,9 milliard d'euros.

Toutefois, cette intervention chirurgicale endommage bien souvent les parois de l'artère; du tissu cicatrisé peut se former autour du stent avec, à terme, le danger d'un nouveau blocage de l'artère. Pour prévenir ce problème, les fabricants de stents ont décidé de recouvrir ceux-ci d'un polymère biodégradable qui libère un médicament inhibiteur de cette prolifération cellulaire.

Mais ces «stents à élution médicamenteuse» sont encore loin d'être au point. «85 pour cent du médicament, très toxique, restent dans le vaisseau coronaire pour le reste de la vie du patient car il est intégré au polymère et n'est pas élué», explique Ronald Horvers de chez Blue Medical Devices aux Pays-Bas. «L'autre problème est que le médicament, en raison de sa toxicité élevée, tue les cellules autour du stent, entraînant un risque de thrombose (développement d'un caillot de sang dans le vaisseau).»

Pour résoudre ce problème, Blue Medical Devices a entrepris de développer un enrobage polymère bio-absorbable pour stent qui serait entièrement absorbé en trois semaines environ, ainsi que deux médicaments destinés à prévenir la prolifération cellulaire à des niveaux de toxicité relativement bas.

Appliquer un enrobage polymère régulier sur le stent est extrêmement difficile; la maille du stent n'a que 0,1 mm d'épaisseur et le stent lui-même ne mesure que 14 mm de long et 1 mm de large. La société irlandaise Craganna Medical Devices, très expérimentée en revêtements d'éléments métalliques, a développé avec succès un système qui permet d'appliquer une couche uniforme de polymère sur le stent.

Une fois le stent en place dans l'artère, le médicament est libéré dans la région environnante où il limite la prolifération de cellules musculaires lisses sur les parois de l'artère. Lorsque le biopolymère est décomposé, le médicament présent sur le stent a été entièrement libéré.

Les essais humains du produit ont démarré en début d'année; selon de premières indications, les chirurgiens cardiaques semblent avoir hâte d'utiliser ce nouvel outil.

Selon M. Horvers, les avantages d'une participation au projet Eureka ont dépassé de loin les aspects financiers. «Le fait qu'il ait été approuvé au titre d'Eureka a visiblement rehaussé le statut du projet,» a-t-il déclaré, avant d'ajouter que cela avait également permis de développer de fortes relations de travail à l'échelle internationale.

Les maladies cardiaques et le blocage des artères sont deux causes majeures de mortalité dans le monde occidental; selon des chiffres communiqués par la World Heart Federation, les maladies cardiovasculaires tuent 17,5 millions de personnes chaque année dans le monde, dont près de la moitié en Europe.

Pays

Irlande, Pays-Bas