Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Un nouvel élément découvert par des scientifiques américains et russes

Des scientifiques russes et américains ont annoncé la découverte d'un nouvel élément, baptisé élément 118 d'après le nombre de protons de son noyau. Cette découverte donne l'espoir aux scientifiques d'approfondir davantage notre compréhension de la structure interne de l'atome...
Un nouvel élément découvert par des scientifiques américains et russes
Des scientifiques russes et américains ont annoncé la découverte d'un nouvel élément, baptisé élément 118 d'après le nombre de protons de son noyau. Cette découverte donne l'espoir aux scientifiques d'approfondir davantage notre compréhension de la structure interne de l'atome.

L'Institut conjoint de recherche nucléaire de Dubna, en Russie, en collaboration avec un groupe du Laboratoire national Lawrence Livermore (LLNL), en Californie, a produit trois atomes de l'élément 118 en bombardant une cible de californium avec un faisceau de calcium jusqu'à ce que les atomes fusionnent.

L'équipe a ensuite observé la désintégration alpha de l'élément 118 à l'élément 116, puis à l'élément 114. Les trois atomes produits par les chercheurs ont existé pendant moins d'une milliseconde.

Ce résultat porte à cinq le total des nouveaux éléments créés par la collaboration entre Livermore et Dubna (113, 114, 115, 116 et 118).

«Les propriétés de désintégration de tous les isotopes que nous avons réalisés jusqu'à présent brossent le tableau d'un grand «îlot de stabilité», relativement plat, et indiquent que la chance pourrait nous sourire si nous tentons une augmentation de poids supplémentaire», a déclaré Ken Moody, directeur de l'équipe de Livermore.

Le terme «îlot de stabilité» est emprunté à la physique nucléaire et désigne la possibilité d'éléments attestant de «nombres magiques» particulièrement stables de protons et de neutrons. Certains isotopes de différents éléments transuraniens (éléments de nombre atomique supérieur à 92) pourraient ainsi être sensiblement plus stables que d'autres, et donc se dégrader plus lentement.

L'élément 118, d'une masse atomique relative de 294, est supposé être un gaz noble, qui se situe juste en dessous du radon dans le tableau périodique des éléments. Il conservera son appellation temporaire «ununoctium» jusqu'à ce qu'il ait été vérifié et qu'un nom ait été approuvé par l'Union internationale de chimie pure et appliquée.

L'équipe du LLNL et de Dubna affirme qu'elle continuera dans le futur de cartographier la région proche de l'îlot de stabilité et qu'elle recherchera en 2007 l'élément 120 en bombardant des isotopes de fer sur une cible de plutonium.

La découverte de nouveaux éléments donne l'espoir aux scientifiques d'approfondir davantage notre compréhension de la structure interne de l'atome.

Source: Communiqué de presse du Laboratoire national Lawrence Livermore

Informations connexes

Pays

  • Russie, États-Unis