CORDIS
Résultats de la recherche de l’UE

CORDIS

Français FR

Actualités

Français FR

Le libre accès a le vent en poupe en physique

Comme si l'invention du World Wide Web n'était pas assez révolutionnaire, l'Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN) s'apprête aujourd'hui à provoquer un changement de paradigme dans le monde de la publication universitaire.

Pour la toute première fois, une...

Autre

Comme si l'invention du World Wide Web n'était pas assez révolutionnaire, l'Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN) s'apprête aujourd'hui à provoquer un changement de paradigme dans le monde de la publication universitaire.

Pour la toute première fois, une discipline scientifique dans son ensemble envisage en effet la possibilité de convertir ses revues payées par les lecteurs dans un format de libre accès financé par les auteurs.

Ce changement impliquerait une renonciation au mode de financement traditionnel des publications par les abonnements au profit de publications gratuites pour les lecteurs, dont le coût serait pris en charge par les organismes de financement, par l'intermédiaire des laboratoires et des auteurs eux-mêmes.

Outre le bouleversement engendré dans le monde de la publication universitaire, le libre accès pourrait également avoir un énorme impact sur la recherche elle-même dès lors que les chercheurs et les agences de financement disposeraient de perspectives élargies grâce à la diffusion illimitée des résultats de leurs recherches financées sur fonds publics.

Les agences de financement ont pris les rênes de ce projet et s'attellent actuellement à réunir un consortium de parrainage pour la publication en libre accès dans la physique des particules, SCOAP3. Les manifestations de soutien affluent d'ores et déjà en provenance de nombreux pays européens, d'agences de financement, de laboratoires, de l'ECFA (European Committee for Future Accelerators) et de groupements de bibliothèques tant nationaux qu'internationaux.

«L'heure est au changement et nous pouvons aujourd'hui expérimenter de nouveaux modèles. Le CERN fait figure de pionnier dans le domaine de la publication en libre accès et SCOAP est perçu comme un projet pilote qui devrait permettre de nouvelles évolutions de la publication scientifique», estime Peteris Zilgalvis, chef de l'unité «Éthique et science» de la DG Recherche de la Commission européenne.

Les éditeurs sont eux aussi bien conscients des possibilités qu'offre le libre accès. Les revues publiées par l'American Institute of Physics, l'American Physical Society, Elsevier et Springer ont déjà commencé à proposer aux auteurs de publier leurs articles en libre accès.

Le consortium éditorial du European Physical Journal a quant à lui baissé ses prix pour l'option du libre accès et annoncé l'adoption d'un type de copyright favorable aux auteurs.

Parallèlement, les éditeurs du Journal of High Energy Physics (JHEP) se sont déclarés prêts à appliquer une politique de parrainage dans laquelle ils autoriseraient un accès illimité à leurs articles. À propos des coûts inhérents à cette initiative, ils ont indiqué qu'ils sont «parvenus à prouver qu'il est possible de limiter les coûts tout en garantissant la plus grande rigueur lors de l'examen par les pairs».

En cas de réussite, le format du libre accès pourrait représenter un formidable progrès dans le paysage de l'édition de la physique des hautes énergies et, à une plus grande échelle, dans le monde de la recherche scientifique.

Pays

Suisse