CORDIS
Résultats de la recherche de l’UE

CORDIS

Français FR

Actualités

Français FR

Les parties au projet ITER signent un accord

Les représentants des sept parties au projet de réacteur thermonucléaire expérimental international (ITER) ont signé l'accord établissant l'organisation internationale chargée de la mise en oeuvre du projet.

La cérémonie de signature a été présidée par le président français ...

Autre

Les représentants des sept parties au projet de réacteur thermonucléaire expérimental international (ITER) ont signé l'accord établissant l'organisation internationale chargée de la mise en oeuvre du projet.

La cérémonie de signature a été présidée par le président français Jacques Chirac au Palais de l'Élysée à Paris. Le président de la Commission européenne José Manuel Barroso, le commissaire européen chargé de la science et de la recherche Janez Potocnik ainsi que les ministres des autres pays signataires de l'accord ITER (la Chine, l'Inde, le Japon, la Corée du Sud, la Russie et les États-Unis) ont assisté à la cérémonie.

Le président Chirac a décrit l'évènement comme «une nouvelle étape d'une aventure en tout point exceptionnelle», et a rendu hommage aux chercheurs, ingénieurs et techniciens qui ont conçu, ardemment défendu et développé ITER.

«Nous avons le devoir d'engager les recherches qui prépareront des solutions énergétiques pour nos descendants», a-t-il déclaré aux dignitaires réunis. «Projet scientifique majeur, ITER est l'un des programmes les plus novateurs pour conduire cette formidable mutation. C'est une main tendue aux futures générations, au nom de la solidarité et au nom de la responsabilité.»

Le président Barroso a affirmé qu'ITER permettrait de relever un des défis les plus urgents pour l'humanité: inventer des sources d'énergie propres et durables pour demain.

«La naissance officielle d'ITER aujourd'hui démontre aussi la force d'une Europe unie», a-t-il ajouté. «C'est pourquoi je peux vous assurer que l'Europe est pleinement déterminée à assumer ses responsabilités dans ce projet.»

L'accord ITER signé à Paris fixe les dispositions nécessaires pour que l'organisation ITER devienne opérationnelle, telles que ses objectifs et fonctions, ses membres, sa personnalité juridique, son conseil, son directeur général et son personnel. Dès que l'accord entrera en vigueur (probablement au cours de l'année 2007), il aura une durée initiale de 35 ans. Au terme de la cérémonie de signature s'est tenue la première réunion du conseil provisoire ITER, sous la présidence de Janez Potocnik.

«Grâce à la réunion d'aujourd'hui, l'organisation ITER est en mesure d'entamer sa mission, dans le cadre d'une coopération internationale, afin de contribuer à la création d'une nouvelle source d'énergie pour l'humanité», a déclaré Kaname Ikeda, directeur général nominé d'ITER.

Les parties au projet ITER ont convenu en juin 2005 que le réacteur expérimental sera implanté à Cadarache (sud de la France). Le projet, dont les coûts de construction sont estimés à 5 milliards d'euros sur une période de dix ans, devrait être opérationnel en 2016.

Une fois achevé, ITER permettra la production d'énergie via la fusion nucléaire (fusion de deux noyaux atomiques résultant en un nouveau noyau plus grand), processus au cours duquel sont libérées des quantités considérables d'énergie. La fusion est la source d'énergie des étoiles.

Pays

Chine, France, Inde, Japon, Corée du Sud, Russie, États-Unis