Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Émergence des ressources éducatives en libre accès

Dans la course pour la construction d'économies de la connaissance à travers le monde, un grand nombre d'établissements universitaires recherchent de nouveaux moyens d'intensifier la diffusion de leurs connaissances. Un procédé réside à cette fin dans la fourniture de ressourc...

Dans la course pour la construction d'économies de la connaissance à travers le monde, un grand nombre d'établissements universitaires recherchent de nouveaux moyens d'intensifier la diffusion de leurs connaissances. Un procédé réside à cette fin dans la fourniture de ressources éducatives en libre accès (RELA) qui, d'après un nouveau rapport de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), représentent un phénomène en expansion rapide offrant des possibilités d'apprentissage à un nombre inédit d'utilisateurs dans le monde entier. En même temps, cette nouvelle tendance remet en question les opinions et les pratiques traditionnelles sur les modes d'organisation et de mise en oeuvre de l'enseignement et les modes de partage des connaissances. Les RELA désignent les «documents numérisés proposés gratuitement et librement aux éducateurs, aux étudiants et aux apprenants indépendants aux fins de l'utilisation et de la réutilisation pour l'enseignement, l'apprentissage et la recherche». Elles incluent le contenu d'apprentissage, les outils logiciels permettant de concevoir, d'utiliser et de distribuer ce contenu, et les ressources d'application telles que les licences libres. Le mouvement des RELA complète la tendance déjà bien ancrée de partage des logiciels (logiciels en libre accès) et des résultats de recherche (publication en libre accès). Bien qu'il n'existe pas de statistiques précises, le rapport «Giving knowledge for free: the emergence of open educational resources» estime qu'environ 3 000 programmes de formation gratuits sont disponibles auprès de 300 universités à travers le monde. Les établissements impliqués jusqu'à présent semblent réputés sur la scène internationale ou dans leur pays. L'anglais prédomine à ce jour, mais les traductions alimentent progressivement une plus grande diversité linguistique et une utilisation mondiale élargie. Cette volonté de partager des connaissances qui étaient auparavant protégées par un mot de passe s'explique par plusieurs facteurs, d'après le rapport. Dans le contexte d'une mondialisation continue et d'un vieillissement accru de la population, la concurrence s'intensifie entre les établissements d'enseignement supérieur, tant à l'échelle nationale qu'internationale, pour le recrutement d'étudiants. Le rapport laisse entendre que l'élaboration de ressources éducatives en libre accès, qui peuvent procurer un accès à l'apprentissage à un public plus large, à la fois parmi les jeunes et les moins jeunes, pourrait être une stratégie opportune pour les universités et les établissements d'enseignement afin de faire face à ces défis. Le libre partage des ressources pourrait en outre accélérer la création de nouveaux instruments d'apprentissage, stimuler l'amélioration interne, l'innovation et la réutilisation, et aider les établissements à mieux consigner les instruments qu'ils emploient au niveau interne et externe, remarquent les auteurs du rapport. Les RELA poseront toutefois un défi en elles-mêmes. Une large quantité de programmes de formation d'universités de renom international étant accessibles gratuitement, les enseignants doivent prendre conscience que les étudiants compareront leurs cours à d'autres. Le mouvement des RELA est donc susceptible de précipiter un changement dans la fonction classique d'enseignement et l'avènement d'apprenants plus autonomes, étant donné que le rôle des professeurs dans la fourniture de listes de lecture et d'outils d'enseignements est voué à s'éroder. La mise en commun de cours s'accompagnera également de répercussions pour les droits de propriété intellectuelle des universités. À travers le monde, les universitaires ont d'ores et déjà commencé à contourner les restrictions légales à la réutilisation d'instruments sujets à des droits d'auteur. Ils recourent ainsi à un système de licence libre, baptisé «Creative Commons», pour partager leurs instruments en ligne. À long terme, le rapport insiste toutefois sur la nécessité pour les politiques de réexaminer les régimes actuels de droits d'auteur. Une attention particulière doit être consacrée à des mesures destinées à instaurer au moins une politique neutre pour les acteurs commerciaux engagés dans le mouvement des RELA, indique-t-il. S'agissant de soutenir les projets de RELA à longue échéance, le rapport propose une série de modèles commerciaux, parmi lesquels le modèle de la fondation, de la donation ou de la dotation, dans lequel le financement d'un projet est assuré par un acteur extérieur; le modèle de la segmentation, dans lequel le fournisseur offre des services «à valeur ajoutée» à certaines catégories d'utilisateurs contre rémunération; le modèle de la conversion, dans lequel «on donne quelque chose gratuitement, puis on convertit le consommateur à un système payant»; ou encore le modèle du soutien volontaire ou de l'adhésion, qui repose sur des campagnes de collecte de fonds ou des membres payants. Le rapport suggère par ailleurs que les gouvernements désireux de promouvoir les RELA devraient réserver une petite fraction des fonds alloués à l'éducation pour la publication gratuite d'instruments éducatifs élaborés au sein d'établissements dotés d'un financement public, ainsi que pour l'ouverture au secteur éducatif d'archives et de collections de musées nationales au format numérique. Une autre recommandation a trait à la conclusion de nouveaux partenariats public-privé afin d'associer le savoir-faire et les ressources des deux secteurs. À chaque fois que possible et raisonnable, il convient aussi d'utiliser des normes ouvertes et des logiciels en libre accès. Parallèlement, les universités et les établissements d'enseignement supérieur projetant d'adhérer aux méthodes des ressources éducatives en libre accès devraient inciter les membres du corps enseignant à participer à ces initiatives, tandis que l'utilisation des RELA devrait être encouragée et qu'une formation devrait être organisée. Quel que soit le modèle de financement et de partage retenu, les RELA sont appelées à s'implanter durablement, et le rapport exhorte les autorités de l'éducation à étudier sérieusement le risque de l'immobilisme.