Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

L'OCDE définit les opportunités et les défis concernant l'avenir de la bioéconomie

D'après un nouveau rapport de l'organisme pour la coopération et le développement économiques (OCDE), la contribution de la biotechnologie au produit intérieur brut (PIB) dans les pays industrialisés pourrait atteindre 2,7% d'ici 2030, et plus encore dans les pays en développe...
L'OCDE définit les opportunités et les défis concernant l'avenir de la bioéconomie
D'après un nouveau rapport de l'organisme pour la coopération et le développement économiques (OCDE), la contribution de la biotechnologie au produit intérieur brut (PIB) dans les pays industrialisés pourrait atteindre 2,7% d'ici 2030, et plus encore dans les pays en développement. À titre de comparaison, la biotechnologie contribue aujourd'hui à moins de 1% du PIB dans les pays de l'OCDE.

Toutefois, le rapport prévient que les pouvoirs publics et l'industrie doivent éliminer les obstacles qui freinent actuellement le développement et la commercialisation des biotechnologies. Parmi les obstacles cités dans le rapport, on compte les défis technologiques, les questions de régulation, le manque d'investissement, les questions d'acceptation sociale et les structures de marché.

Aujourd'hui, la biotechnologie est utilisée dans l'agriculture et les domaines de la santé ainsi que dans certaines industries. Cependant, nombreuses sont les applications qui en sont encore au stade expérimental, comme la médecine régénérative.

Les auteurs estiment que d'ici 2015, environ la moitié de la production mondiale de grandes cultures alimentaires et fourragères sera assurée par des variétés mises au point à l'aide de la biotechnologie. Le domaine de la pharmacogénétique (qui s'intéresse à la façon dont les gènes d'une personne influencent leur réaction à certains médicaments) influera sur la conception d'essais cliniques et les pratiques de prescription. Dans l'industrie chimique, la valeur des produits biochimiques pourrait atteindre entre 12% et 20% de la production chimique globale (en comparaison des 1,8% en 2005).

D'ici 2030, la demande en biotechnologie aura probablement augmenté, étant donné que la hausse des revenus, en particulier dans les pays en développement, augmentera la demande de soins médicaux, de produits agricoles, de produits de l'exploitation forestière et de produits de la pêche. Dans le même temps, le changement climatique risque d'exacerber de nombreux problèmes environnementaux. Selon l'OCDE, la biotechnologie pourrait permettre de résoudre de nombreux problèmes de santé et environnementaux auxquels le monde fera face en 2030.

«À l'horizon 2030, la bioéconomie s'appuiera probablement sur trois piliers: une connaissance approfondie des gènes et des processus cellulaires complexes, la biomasse renouvelable et l'intégration sectorielle des applications biotechnologiques dans tous les secteurs», peut-on lire dans le rapport.

Les auteurs du rapport estiment que la biotechnologie pourrait représenter 2,7% du PIB dans les pays OCDE d'ici 2030, notamment à travers l'utilisation de la biotechnologie dans l'industrie, l'agriculture et le domaine de la santé. Dans les pays en développement, l'impact de la bioéconomie pourrait être encore plus élevé, étant donné que leurs économies ont tendance à dépendre davantage de l'agriculture et de l'industrie, fait remarquer le rapport.

Enfin, le destin de la bioéconomie dépend de nombreux facteurs. «Pour tirer tout le parti possible de la bioéconomie, il faudra mettre en oeuvre une politique spécifique ciblée», conclut le rapport. «Cela exigera un leadership, principalement de la part des pouvoirs publics, mais aussi des entreprises de premier plan, pour définir des objectifs d'application des biotechnologies à la production primaire, à l'industrie et à la santé; pour mettre en place les conditions structurelles du succès, comme la conclusion d'accords régionaux et internationaux; et pour concevoir des mécanismes qui garantiront une adaptation souple de cette politique aux nouvelles opportunités.»

L'UE investit 1,9 milliard d'euros dans la création d'une bioéconomie européenne au titre du thème «Alimentation, agriculture et pêche, et biotechnologie» du septième programme-cadre (7e PC).

Source: Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE)

Informations connexes