Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

De nouveaux indices quant à l'apparition de l'homme moderne

Des nouvelles découvertes provenant d'un chantier de fouilles archéologiques en Espagne relance un débat fervent entre paléontologues et archéologues concernant la date précise de la disparition de l'homme de Néandertal et celle de l'apparition des premiers hommes anatomiqueme...
De nouveaux indices quant à l'apparition de l'homme moderne
Des nouvelles découvertes provenant d'un chantier de fouilles archéologiques en Espagne relance un débat fervent entre paléontologues et archéologues concernant la date précise de la disparition de l'homme de Néandertal et celle de l'apparition des premiers hommes anatomiquement modernes. Les recherches ont été menées par une équipe du Centre d'études du patrimoine archéologique préhistorique de l'Universitat Autònoma de Barcelone (Espagne) et sont publiées dans la revue The Journal of Human Evolution. Elles mettent le doigt sur la transition qui a eu lieu entre 34000 et 32000 ans en arrière, et soutiennent la théorie selon laquelle les deux espèces susmentionnées n'ont pas interagi ou coexisté.

Les archéologues ont conduit leurs recherches sur le site de Cova Gran, dans le Sud-est des Pyrénées, en Catalogne (Espagne), région habitée par des hommes de Néandertal et des hommes modernes à différentes époques dans le passé. Couvrant une surface totale de 2500 mètres carré, Cova Gran est d'une particularité rare pour les archéologues; les sites de ce type «transitionnel» sont importants pour les paléontologues et les archéologues car ils permettent de retracer le développement de l'espèce humaine.

L'équipe de recherche a pratiqué des fouilles sur une grande partie de Cova Gran, ce qui lui a permis de reconstituer les coutumes des anciens habitants de la région. Elle y a découvert de nombreux matériaux exceptionnellement bien préservés, dont des outils, datant du Paléolithique moyen (de 300 000 à 30 000 ans en arrière) et du Paléolithique supérieur (de 40 000 à 10 000 ans an arrière). Ainsi, les chercheurs ont pu identifier les différentes espèces impliquées en fonction du mode de fabrication des outils. Les différences au niveau de la construction des outils impliquent, en effet, qu'ils ont été fabriqués par différentes espèces.

Les découvertes de Cova Gran, obtenues par la technique de datation du carbone 14 (C14), démontrent que la région était peuplée de différents types d'humains, dont les Néandertaliens et les hommes «modernes», à différentes périodes de la préhistoire. Leurs styles de vie se ressemblaient sur de nombreux points: ils étaient chasseurs-cueilleurs, fabriquaient des outils et connaissaient l'usage du feu. Mais ils utilisaient des techniques et des matériaux distincts dans la vie quotidienne. Le processus de datation au C14 montre que les vestiges découverts sur le site sont vieux de 34 000 à 32 000 ans, époque à laquelle l'homme de Néandertal a disparu et a été remplacé par l'homme moderne.

Cette théorie étaye d'autres preuves provenant de divers sites de déblaiement européens où des résultats similaires ont été enregistrés, ce qui supposerait que les deux espèces n'auraient pas coexistés même si elles habitaient dans les mêmes régions il y a 40 000 à 30 000 ans en arrière, durant la période de transition entre le Paléolithique moyen et supérieur.

Des coquilles d'escargot de mer perforées ont également été découvertes à Cova Gran, Ces objets laissent supposer l'existence de capacités cognitives, pour lesquelles nous ne disposons d'aucune preuve durant la période du Paléolithique moyen. En plus d'apporter des indications concernant les structures sociales et l'identité, l'existence de ces coquilles perforées montre que l'Homo sapiens se serait beaucoup déplacé et entretenait des réseaux sociaux dans lesquels des objets de ce type auraient circulé.

Source: Universitat Autònoma de Barcelona; Journal of Human Evolution

Informations connexes