CORDIS
Résultats de la recherche de l’UE

CORDIS

Français FR

Actualités

Français FR

BIOTRAINS en route pour une formation chimique plus écologique

Des chercheurs de l'UE menés par l'université de Manchester au Royaume-Uni forment de jeunes biotechnologistes pour renforcer la sûreté des processus chimiques face à l'environnement. Le projet BIOTRAINS («A European biotechnology training network for the support of chemical m...

Des chercheurs de l'UE menés par l'université de Manchester au Royaume-Uni forment de jeunes biotechnologistes pour renforcer la sûreté des processus chimiques face à l'environnement. Le projet BIOTRAINS («A European biotechnology training network for the support of chemical manufacturing») est soutenu au titre du thème Alimentation, agriculture et pêche, et biotechnologie du septième programme-cadre (7e PC) de l'UE à hauteur de 4,37 millions d'euros. Des scientifiques de différents domaines tels que l'ingénierie, mise en oeuvre des processus, la microbiologie et la chimie collaborent pour offrir aux futurs chercheurs les outils nécessaires pour développer des méthodes de fabrication plus vertes pour l'industrie chimique. «Nous avons eu de la chance de recruter certains des meilleurs étudiants en post-doctorat du monde entier pour participer à BIOTRAINS», explique le professeur Nick Turner, directeur du centre d'excellence pour la biocatalyse, les biotransformations et la fabrication par biocatalyse (CoEBio3) de l'université de Manchester. «Les progrès réalisés en peu de temps sont impressionnants et promettent un futur brillant pour le réseau de formation.» CoEBio3 est le principal organisme de recherche au Royaume-Uni ciblant de nouveaux processus de biocatalyse pour les besoins en évolution de l'industrie chimique d'ici 2030. Le groupe supervise le transfert technologique des scientifiques universitaires à l'industrie de façon à assurer la concordance du programme aux besoins du public et de la technologie. Les partenaires de BIOTRAINS expliquent que le projet stimule les efforts actuels pour remplacer la fabrication chimique traditionnelle à la biotechnologie «blanche». Jusqu'à présent, le secteur de fabrication chimique dépendait de l'utilisation de solvants et substances chimiques hautement toxiques. La biotechnologie blanche apporte aux fabricants de nouvelles techniques pour développer des méthodes industrielles plus sûres que les méthodes actuelles pour l'environnement. La biotechnologie blanche utilise des biocatalystes naturels pour assurer une activité plus écologique. Les experts expliquent que les Européens connaissent bien le terme de biotechnologie blanche, utilisée pour l'application de catalystes naturels, dont les cellules et enzymes, en biotechnologie dans des applications industrielles. Mais pourquoi dit-on «blanche»? Les chercheurs expliquent que cet adjectif la sépare des autres biotechnologies utilisées par les experts, notamment la biotechnologie verte utilisée dans le monde végétal et la rouge pour les biotechnologies médicales. La biotechnologie blanche concerne les substances chimiques, les biomatériaux et la production énergétique alternative. En plus d'être soucieuse de l'environnement, la biotechnologie blanche offre une nouvelle option d'économie mondiale efficace au monde, réduisant ainsi notre dépendance aux combustibles fossiles. Lancé en 2009 et devant s'achever fin 2013, BIOTRAINS comprend 11 partenaires (dont le Danemark, l'Allemagne, l'Espagne, l'Autriche, les Pays-Bas, la Suède, le Royaume-Uni et la Suisse) des secteurs industriel et universitaire. Les experts recruteront et procèderont à la formation de scientifiques, et six partenaires industriels assureront une formation pratique. Les partenaires du projet expliquent qu'il est important pour les nouveaux scientifiques de soutenir la bioéconomie fondée sur la connaissance (KBBE pour knowledge-based bioeconomy) identifiée par la plateforme technologique SUSCHEM (European Technology Platform for Sustainable Chemistry). La KBBE est un composant essentiel de l'économie mondiale. D'une valeur de plus de 1,5 billion d'euros chaque année, la bioéconomie fondée sur la connaissance permet d'intensifier la compétitivité et la productivité, de protéger notre environnement et notre modèle social ainsi que d'améliorer notre bien-être. Elle vise l'utilisation et fabrication durable de bioressources renouvelables, ainsi qu'une alimentation d'une qualité supérieure, une agriculture, aquaculture et production de pêche durables et sûres.Pour de plus amples informations, consulter: BIOTRAINS: http://www.biotrains.eu/ CoEBio3: http://www.coebio3.org FP7 KBBE: http://cordis.europa.eu/fp7/kbbe/home_en.html