Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

L'identité électronique devient une réalité en UE

Les résultats du plus grand projet de recherche de l'UE sur un lecteur de puces viennent d'être publiés, et il semblerait que les cartes d'identité électroniques aient un bel avenir. Ces résultats sont le fruit du projet BIOP@SS et posent les fondements techniques pour ces doc...

Les résultats du plus grand projet de recherche de l'UE sur un lecteur de puces viennent d'être publiés, et il semblerait que les cartes d'identité électroniques aient un bel avenir. Ces résultats sont le fruit du projet BIOP@SS et posent les fondements techniques pour ces documents d'identité; ils aideront la région à progresser vers l'ère de la communication électronique et à oublier petit à petit la correspondance papier qui encombre nos poches et notre environnement. Les données actuelles montrent que 380 millions de cartes d'identité circulent dans les 27 États membres de l'UE. BIOP@SS est soutenu par le réseau EUREKA qui encourage la recherche coopérative avancée et le développement en microélectronique; près de 6 millions d'euros du financement alloué est couvert pas les clusters CATRENE/MEDEA+ d'EUREKA. L'équipe BIOP@SS explique que les technologies développées dans le cadre du projet réduiront les dépenses administratives, renforceront le niveau de sécurité des futures cartes d'identité et passeports électroniques, accélèreront le transfert de données entre lecteurs de documents d'identité et faciliteront l'utilisation de services électroniques aux usagers. Les cartes électroniques se basent sur la famille de normes ECC (European Citizenship Card), et de la prochaine génération de passeports et cartes de résidents électroniques. La norme ECC associe notamment les bénéfices d'une normalisation avec la flexibilité de pouvoir s'adapter aux exigences nationales. Les objectifs du projet BIOP@SS étaient de développer des plateformes avancées (de microélectronique et de logiciel embarqué) intelligentes, sûres et interopérables pour les applications administratives électroniques nécessaires au niveau européen: l'identité électronique, la santé électronique et les cartes de résident. Ce projet s'est fondé sur les résultats d'un ancien projet de MEDEA+ appelé ONOM@TOPIC+; il offrait une plateforme technique complète et un cadre permettant aux gouvernements européens d'émettre des documents interopérables ou une identification ou authentification électronique et l'accès aux services électroniques. Les partenaires allemands de BIOP@SS, à savoir Giesecke & Devrient GmbH, Infineon Technologies AG et NXP Semiconductors Germany GmbH, aux côtés de huit autres entreprises originaires de six États membres de l'UE, ont étudié la façon de développer la meilleure technologie de cartes à puces totalement fiable dans le cadre du projet. Dans le plan de recherche, les partenaires du projet ont développé un système d'exploitation des cartes et un logiciel de sécurité pour les ordinateurs que les internautes (les autorités publiques et le public au sens large) utilisent. Le développement de ce système et du logiciel ont permis de renforcer la sécurité des puces et leur technologie de cryptage. Les partenaires ont découvert comment accélérer le transfert des données entre les lecteurs et les cartes d'identité électroniques: la vitesse est passée de 6,8 mégaoctets (Mo) par seconde à 848 kilo-octets (ko) par seconde. Ils ajoutent que la vitesse pourrait augmenter en théorie jusqu'à 12 mégaoctets à la seconde. Grâce au système d'exploitation de cartes à puces développé par Giesecke & Devrient, la future utilisation des documents d'identité électroniques sera bientôt une réalité. Un autre avantage est qu'aucun composant logiciel ne doit être installé sur l'ordinateur. Les pays envisageant l'introduction des cartes d'identité électroniques dans un futur proche sont la Bulgarie, la France, la Grèce, la Hongrie, la Pologne, la Roumanie, la République tchèque et la Suisse. Les cartes pouvant être équipées des technologies développées par l'équipe BIOP@SS seront conformes aux normes internationales. Les autres partenaires clés de BIOP@SS sont Gemalto (Pays-Bas); Compuworx (Hongrie); STMicroelectronics (Suisse); le Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) de France; id3semiconductors (France); Precise Biometrics (Suède); Esterel Technologies (France); et OKSystem (République tchèque).Pour de plus amples informations, consulter: BIOP@ASS: http://www.biopass.eu/ Giesecke & Devrient GmbH: http://www.gi-de.com/en/index.jsp Infineon Technologies AG: http://www.infineon.com/cms/en/product/index.html

Pays

Suisse, Tchéquie, Allemagne, France, Hongrie, Pays-Bas, Suède

Articles connexes