Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Présence des PME dans le monde médical pour le développement d'un traitement du cancer

Le traitement du cancer est un des domaines de recherche les plus importants dans le monde médical d'aujourd'hui. Ces travaux de recherche étant principalement menés dans les organismes de recherche pharmaceutiques, il est plutôt innovant d'entendre que des petites et moyennes...
Présence des PME dans le monde médical pour le développement d'un traitement du cancer
Le traitement du cancer est un des domaines de recherche les plus importants dans le monde médical d'aujourd'hui. Ces travaux de recherche étant principalement menés dans les organismes de recherche pharmaceutiques, il est plutôt innovant d'entendre que des petites et moyennes entreprises (PME) développent leur propre traitement innovant pour le cancer.

Deux petites sociétés de recherche pharmaceutique, BioInvent (le coordinateur primaire) en Suède et Thrombogenics en Belgique, se sont unies avec trois autres partenaires afin de former le projet ANGIOSTOP, financé par l'UE à hauteur de presque 2 millions d'euros. Les groupes universitaires et les PME ont formé une synergie et une stratégie de développement simplifiée et concentrée, évitant ainsi la prise de décision bureaucratique qui représente un obstacle inévitable des grands réseaux et des entreprises pharmaceutiques.

Ensemble, ils se sont penchés sur un nouveau traitement anti-angiogénique pour le cancer, l'arthrite et la néovascularisation oculaire se basant sur l'inhibition du facteur de croissance placentaire (PlGF).

L'objectif principal était d'étudier des formes innovantes de traitement, qui permettraient de freiner la croissance des tumeurs cancéreuses à travers l'inhibition de l'angiogenèse, le processus de formation de nouveaux vaisseaux sanguins dans le corps.

Par ailleurs, il était crucial de développer un médicament angiogénique plus sûr et plus efficace qui réduit la formation pathologique de vaisseaux sanguins associée à
la croissance d'une tumeur solide, la néovascularisation oculaire (rétinopathie diabétique et dégénération maculaire) et l'arthrite rhumatoïde.

Le projet ANGIOSTOP a permis de développer un anticorps à usage clinique, en étudiant un anticorps qui vise spécifiquement le PlGF. C'est pourquoi un programme détaillé a été mis en place, présentant la façon dont l'équipe de recherche développerait l'anticorps à usage clinique.

À la suite de trois années de recherche, un effet important de l'anticorps sur les modèles tumoraux murins a été observé, l'étude toxicologique a révélé son innocuité pour l'homme et à contribué à poursuivre les études cliniques.

Résultat, les données compilées ont représenté un tel succès que l'équipe a gagné l'attention de Roche - le géant pharmaceutique mondial, et a, par la suite, pu vendre ses découvertes pour 50 millions d'euros.
De plus, cette somme pourrait atteindre les 450 millions d'euros, si le projet atteint certains jalons en termes de développement.

Au total, le projet a lancé les premières étapes du développement clinique du candidat principal de l'anticorps anti-PlGF, comme présenté dans les objectifs. Cela, associé au progrès de notre compréhension de l'angiogenèse pathologique et au développement de nouveaux modèles et stratégies, sera d'une utilité plus générale pour le développement de nouveaux médicaments visant à renforcer ou réduire la formation de vaisseau sanguin.

Source: Bioinvent

Informations connexes

Pays

  • Belgique, Suède