Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Cartographier la nature changeante de l'emploi

Alors que la crise actuelle qui frappe l'Europe a déjà un impact sérieux dans de nombreux domaines, l'un des plus préoccupants est niveau du taux de chômage. Selon les derniers chiffres d'Eurostat, plus de 26 millions de citoyens des 27 pays de l'UE, soit 10,9% de la populatio...

Alors que la crise actuelle qui frappe l'Europe a déjà un impact sérieux dans de nombreux domaines, l'un des plus préoccupants est niveau du taux de chômage. Selon les derniers chiffres d'Eurostat, plus de 26 millions de citoyens des 27 pays de l'UE, soit 10,9% de la population en âge de travailler, étaient au chômage en juin 2013. Ce qui représente une hausse de 0,4% par rapport à l'année précédente, une période au cours de laquelle le chômage américain a baissé et est passé de 8,2 à 7,6%. En combinant cette tendance avec les envies de restructuration de l'industrie, la relocalisation vers des économies à bas salaires, une population vieillissante qui défie les systèmes de retraite européens, un écart croissant entre l'éducation et l'accès à l'emploi ainsi que la nature de plus en plus précaire des emplois, on obtient un cocktail dangereux. Le projet CHANGINGEMPLOYMENT («The changing nature of employment in Europe in the context of challenges, threats and opportunities for employees and employers») a débuté le 24 mai à l'Université de Göteborg, en Suède et cherche un moyen de répondre à certaines des questions fondamentales concernant le futur marché du travail en Europe. Ce réseau de formation initiale Marie Curie formera une équipe éminente de superviseurs spécialisés, ainsi qu'un chercheur expérimenté dédié à la diffusion et la sensibilisation, qui soutiendront 15 chercheurs (12 doctorants et trois post-doctorants). Ils seront aidés dans cette tâche par huit universités européennes ainsi que des partenaires sociaux et industriels, y compris l'Institut syndical européen, Consultingeuropa, EDF, Edrington, l'Organisation internationale du travail, Neuroedukacja, UNISON, Volvo et CAIRDE. «Il s'agit d'un programme de recherche exceptionnel réunissant un éventail de chercheurs en sciences sociales critiques et les nouveaux chercheurs concernés par la transformation des relations et conditions de travail en Europe», explique le professeur Paul Stewart, coordinateur du projet du département de la gestion des ressources humaines de l'université de Strathclyde. «La recherche permettra de déterminer la nature de la restructuration des marchés et économies du travail européens à la suite du changement économique et social actuel ainsi que l'impact que cela a sur les relations de travail et la vie au travail». Trois thèmes ont été retenus comme axes de recherche: les relations entre la direction et les employés, l'inclusion et l'exclusion au travail ainsi que le bien-être et la qualité de vie au travail. «Au cours des quatre prochaines années, nous allons développer un réseau interdisciplinaire paneuropéen de sociologues orientés vers la politique et spécialisés dans la compréhension, l'analyse et la réponse aux variations sociales et institutionnelles de l'emploi», explique le professeur Stewart. CHANGINGEMPLOYMENT a reçu environ 4,6 millions d'euros de l'UE. Le projet prendra fin en novembre 2016.Pour plus d'informations, consulter: Université de Strathclyde http://www.strath.ac.uk/ CHANGINGEMPLOYMENT http://www.changingemployment.eu/ Fiche d'informations du projet:

Pays

Royaume-Uni